Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Airbus pourrait augmenter la production de l'A350-1000

Reuters22/10/2012 à 16:45

AIRBUS POURRAIT AUGMENTER LA PRODUCTION DE L'A350-1000

par Tim Hepher

PARIS (Reuters) - Airbus envisage d'accroître la production de l'A350-1000, la plus grande des trois versions de son futur long courrier, afin de mieux lutter contre Boeing sur ce segment lucratif du marché aéronautique, selon deux sources proches du dossier.

Ce projet intervient alors qu'est inaugurée mardi au siège d'Airbus à Toulouse la ligne d'assemblage de l'A350, un programme dont le coût est estimé à 15 milliards de dollars (11,5 milliards d'euros).

Cet avion en composite de carbone est la réponse d'Airbus à deux long-courriers de Boeing : le 787 Dreamliner, pionnier dans l'utilisation à grande échelle de matériaux permettant d'économiser du carburant, et le plus traditionnel mais toujours très vendu 777 qui peut transporter 365 passagers.

La plus grande version de l'A350 permettait à la filiale du groupe d'aérospatiale et de défense EADS de concurrencer frontalement la version "mini-jumbo" du 777.

Le duel devrait être la prochaine grande bataille dans le secteur aérien, avec en jeu des ventes qui pourraient atteindre 2.000 appareils dans les 20 prochaines années.

Airbus met la faiblesse des ventes de l'A350-1000 sur le compte de la pénurie de créneaux de livraison. L'appareil n'a engrangé que 88 commandes depuis son lancement et a accusé plusieurs annulations. Boeing estime qu'Airbus a tort de vouloir essayer d'attaquer deux segments du marché avec le même avion.

L'augmentation de la production libérerait de nouveaux créneaux.

"Airbus étudie des moyens d'accroître la production de l'A350-1000", a dit une source proche du dossier.

Reste à savoir si ce serait au détriment de la production des deux plus petits modèles de l'A350 ou si cela signifierait une hausse de la production totale. Selon des hypothèses, la production de l'A350-800, le plus petit des trois modèles, pourrait être réduite pour permettre à Airbus de se concentrer sur l'A350-900 et l'A350-1000.

Une porte-parole d'Airbus a refusé de faire un commentaire sur la production de l'A350-1000, mais a indiqué que "la ligne d'assemblage final de l'A350 XWB est destinée à être flexible et à pouvoir produire les trois membres de la famille A350".

"Nous travaillons à l'augmentation de la production à 10 par mois dans les quatre ans après la première livraison de l'A350 XWB, et suivons constamment les tendances du marché afin d'anticiper et d'adapter notre production pour satisfaire les besoins de nos clients", a-t-elle ajouté dans un email.

Airbus se concentrera dans un premier temps sur la production de l'A350-900 de 314 sièges, celui des trois modèles qui se vend le mieux et vise à concurrencer frontalement le 787 Dreamliner entré en service au Japon il y a exactement un an.

Le premier vol de l'A350-900 est prévu pour la mi-2013 et la première livraison pour la second semestre 2014, ce qui devrait permettre une production de l'appareil à plein régime fin 2018. Le premier A350-1000 est prévu en 2017.

LE MATCH DES "MINI-JUMBOS"

Airbus est engagé dans une bataille psychologique avec Boeing sur l'A350-1000, récemment musclé avec un moteur plus puissant de Rolls-Royce pour améliorer sa portée.

Boeing produit sept 777 par mois et compte porter ce rythme à 8,3 après avoir enregistré des ventes record pour l'appareil, qui a encore engrangé lundi une commande de 4,5 milliards de dollars auprès de Turkish Airlines.

Mais même les plus enthousiastes reconnaissent que le 777, datant des années 1990, pourrait subir la concurrence de l'A350-1000 construit avec des matériaux plus légers. Boeing hésite depuis plusieurs mois à moderniser le 777 avec des moteurs moins gourmands en kérosène et de nouvelles ailes.

Alors que des clients clés de Boeing comme Emirates font pression sur l'avionneur pour qu'il précise son projet 777X, Airbus doit engranger de nouvelles ventes de l'A350-1000 pour retrouver une dynamique commerciale sur cette version du programme. L'européen vante les économies importantes de carburant permises par cet avion comparé à l'actuelle version du 777.

Après un solide démarrage au moment du lancement du programme A350 en 2007, les ventes de l'A350-1000, qui compte 350 sièges, ont connu une longue interruption jusqu'à la commande de Cathay Pacific, qui a commandé en juillet dix unités de l'appareil et converti la commande de 16 A350-900 en A350-1000.

Selon des analystes du secteur, Airbus cherche à convaincre les clients de l'A350-900 de lui préférer l'A350-1000, à la portée plus élevée, et une nouvelle réorganisation du carnet de commandes ne peut être exclue.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault inaugure mardi la ligne d'assemblage de l'A350 à Toulouse, peu après que l'Allemagne a suspendu un prêt de 600 millions d'euros destiné à ce programme pour protester contre le non-respect d'un accord sur la localisation de la production en Allemagne.

Le conflit commercial entre l'Union européenne et les Etats-Unis, qui s'accusent mutuellement d'avoir versé des aides illégales à leur avionneur respectif, pourrait également s'inviter mardi. Selon des source commerciales, Washington pourrait donner sa position sur les données concernant l'A350, qu'elle étudie depuis le mois dernier.

Cyril Altmeyer pour le service français, édité par Dominique Rodriguez


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.