Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Airbus ne négocie plus avec Bombardier sur le programme CSeries

Reuters07/10/2015 à 12:03

par Allison Lampert, Andrea Shalal et Tim Hepher

MONTREAL/WASHINGTON/PARIS (Reuters) - Airbus a mis fin aux discussions avec Bombardier en vue de son implication dans le programme CSeries laborieusement développé par le groupe canadien, qui subit ainsi un nouveau revers dans ses efforts pour percer sur le marché mondial des avions d'une capacité de plus de 100 places.

Le groupe aéronautique européen a annoncé la fin de ces pourparlers après que Reuters a révélé mardi l'existence d'une proposition de Bombardier pour nouer une telle alliance.

Ces discussions ne présentent plus d'intérêt, a déclaré mercredi Fabrice Brégier, PDG d'Airbus, en refusant de s'exprimer davantage sur le sujet.

Les deux entreprises ont reconnu que des discussions avaient eu lieu et, selon une source proche du dossier, Airbus a choisi de les stopper dès lors qu'elles ont été rendues publiques.

Dans le cadre de la proposition avancée par Bombardier, Airbus l'aurait aidé à achever le développement de son appareil, le plus grand jamais conçu par le groupe canadien, en échange d'une participation de contrôle dans ce programme.

Bombardier devrait désormais observer une pause stratégique après l'arrêt brutal de ce que certains de ses dirigeants percevaient comme une initiative prometteuse, selon une source.

Reuters a appris que Bombardier avait aussi approché un investisseur chinois non identifié pour prendre une participation dans le programme CSeries mais que ces discussions avaient pris fin il y a trois ou quatre semaines.

Le groupe canadien pourrait aussi tenter de se tourner vers Boeing mais un tel rapprochement paraît difficile à concrétiser en raison de la relation étroite existant entre le constructeur américain et le brésilien Embraer, grand rival de Bombardier. Il pourrait aussi essayer à nouveau de vendre des participations dans ses activités ferroviaires et aéronautiques, selon une source.

A la suite des informations de Reuters, l'action Bombardier a fini mardi sur un bond de 15% à la Bourse de Toronto, à 1,77 dollar canadien. Malgré cette hausse, son cours ne représente toujours que moins d'un quart de sa valeur de juillet 2008, lorsque Bombardier a officiellement lancé le programme CSeries.

DOUTES SUR LES FINANCES DE BOMBARDIER

La société, basée à Montréal, n'a pour l'instant reçu que 243 commandes fermes pour cet appareil contre un objectif de 300 pour son entrée en service prévue en 2016. Elle n'a réussi à décrocher aucune commande en juin lors du salon du Bourget.

Ce programme pèse sur le bilan de Bombardier, dont la dette à long terme s'élevait à 9 milliards de dollars (8 milliards d'euros) au 30 juin, pour 3,1 milliards de dollars de liquidités disponibles. Le groupe a vu sa trésorerie fondre de 808 millions de dollars au cours du deuxième trimestre.

Benoît Poirier, analyste chez Desjardins, juge légitime de s'interroger sur les raisons susceptibles de pousser Bombardier à vendre une participation majoritaire dans ce programme quelques mois seulement avant les premières livraisons d'appareils, alors que l'essentiel des investissements a été réalisé.

"La volonté de vendre une participation majoritaire à Airbus pour un montant minimum de cash pourrait refléter les inquiétudes croissantes de la direction quant à la situation financière de l'entreprise", a-t-il écrit.

Même si le CSeries, dont les versions varient de 110 à 130 sièges, est censé venir concurrencer les familles A320 d'Airbus et 737 de Boeing, une prise de participation aurait pu présenter un intérêt pour l'avionneur européen.

Airbus aurait de fait mis la main sur un avion déjà complètement développé, dont Bombardier affirme qu'il dépasse ses objectifs de performances, à un prix avantageux. D'un point de vue défensif, une transaction aurait aussi permis à Airbus d'empêcher l'implication dans ce programme CSeries de la Chine, un concurrent potentiel aux ressources gigantesques.

Une alliance aurait aussi permis des synergies en matière d'approvisionnements.

Bombardier aurait pour sa part pu bénéficier de la puissance commerciale d'Airbus sous la houlette de John Leahy, qui a récemment admis que le groupe canadien possédait avec le CSeries un "beau petit avion".

(Avec Allison Martell et Euan Rocha à Toronto et Arno Schuetze à Francfort; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.