Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Airbus étudie un nouvel "A350-8000" de 400 sièges

Reuters03/03/2016 à 19:14

AIRBUS ÉTUDIE UN TRÈS GROS PORTEUR

par Tim Hepher

PHOENIX (Reuters) - Airbus cherche à convaincre les compagnies aériennes du bien-fondé d'un nouveau long-courrier, provisoirement baptisé A350-8000, afin de faire face à la concurrence de Boeing dans les très gros porteurs, a-t-on appris auprès de sources sectorielles.

Après avoir évoqué la possibilité d'un nouveau modèle pour sa famille A350, l'avionneur européen, filiale d'Airbus Group, est passé dans une phase de pré-marketing pour réagir à la récente amélioration de la famille 777 de Boeing.

Alors que l'américain a séduit des compagnies du Golfe avec le plus gros bimoteur de son histoire, le 777-9 de 406 sièges, Airbus pourrait orienter sa conception vers des compagnies n'ayant pas forcément besoin des performances requises pour faire face aux conditions météo extrêmes du Golfe.

"Il aurait une capacité et une portée similaire (au 777-9) et des coûts nettement inférieurs en termes de siège-kilomètre", a fait valoir le directeur commercial d'Airbus John Leahy. "Nous le montrons aux compagnies en ce moment."

Ce projet est le dernier épisode de la bataille menée entre Airbus et Boeing au cours de la décennie passée sur le marché des gros bimoteurs, évalué à 1.900 milliards de dollars sur 20 ans.

Les priorités ont changé : l'effondrement des prix du pétrole a diminué la pression qui pesait sur Airbus pour améliorer son quadrimoteur A380 dont la production baisse faute de dynamique commerciale suffisante.

Singapore Airlines et British Airways figurent parmi les compagnies dont l'appréciation pourrait être décisive pour le lancement du nouvel Airbus.

La compagnie de Singapour a réceptionné cette année son premier A350-900, le plus petit de la famille A350, après avoir longtemps envisagé d'acheter le 777-9 tout en faisant pression sur Airbus pour qu'il propose un choix alternatif.

Les deux compagnies se sont refusées à tout commentaire.

DÉCISIONS IMPORTANTES

Le PDG d'Airbus Fabrice Brégier était présent à Singapour jeudi pour une cérémonie de livraison, à laquelle un porte-parole de l'avionneur s'est refusé à tout commentaire.

La famille de l'A350 XWB (Extra Wide Body) a été lancée en 2006, après une série de revers, pour concurrencer deux avions de Boeing, le 787 Dreamliner de taille moyenne et le 777, plus grand.

Boeing a riposté au tout nouvel avion en améliorant la famille 777 pour intégrer le 777-9, dont les ventes ont dépassé d'environ 40% celles de l'A350-1000, plus grande version existante du long-courrier d'Airbus.

L'américain a fait état de 306 ventes de 777-9 et d'une variante similaire, tandis qu'Airbus a vendu 181 A350-1000.

Le nouvel A350 utiliserait un dérivé du dernier moteur Trent XWB de Rolls-Royce destiné à l'A350-1000.

Un représentant du motoriste britannique n'était pas immédiatement disponible pour commenter.

Pour lui permettre d'être plus compétitif avec le 777-9 sur de longs vols, les ingénieurs vont probablement étudier des modifications de la conception pour augmenter le poids maximum au décollage à plus de 319 tonnes, contre 308 tonnes pour l'A350-1000, a-t-on précisé de même source.

Airbus, qui n'a pas encore pris de décision sur le lancement d'une version encore plus longue de l'A350, devrait en dire plus lors du salon de Farnborough, près de Londres, en juillet.

Jusqu'à présent, le nouveau modèle éventuel était connu dans le secteur sous le nom d'A350-1100, poursuivant ainsi la séquence entamée par l'A350-800 (276 sièges), l'A350-900 (315 sièges) et l'A350-1000 (366 sièges).

Désormais, certaines sources disent qu'il effectue une campagne de pré-marketing avec une nouvelle identité, l'A350-8000, même si l'appellation finale n'a pas été tranchée. Un nom de code antérieur était l'A350-1000 XL.

(Cyril Altmeyer pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

5484.86 +0.61%
1.12319 -0.56%
74.79 +0.16%
1.021 +3.13%
1.079 0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.