Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Airbus a remporté la course aux commandes face à Boeing

Reuters18/01/2012 à 11:18

LE MATCH AIRBUS-BOEING EN 2011

par Cyril Altmeyer et Tim Hepher

HAMBOURG, Allemagne (Reuters) - Airbus a vendu quasiment deux fois plus d'avions que Boeing en 2011 après avoir gagné son pari d'une version plus économe en carburant de son A320, et l'européen a livré plus d'appareils que son rival américain pour la neuvième année d'affilée, tout en reconnaissant qu'il aura du mal à garder l'avantage en 2012.

La question pour la filiale d'EADS sera maintenant de parvenir à assurer l'indispensable montée en puissance de sa production, notamment celle des monocouloirs - d'environ 150 places - pour honorer la hausse des commandes.

Airbus, par la voix de son directeur commercial John Leahy, a aussi écarté les craintes apparues récemment d'une pénurie de financement pour les livraisons d'avions, au moment où les banques européennes réduisent leur exposition à ce marché.

Louis Gallois, le président exécutif d'EADS, a pour sa part souligné que même si le groupe ne pouvait pas totalement être à l'abri d'une nouvelle aggravation de la crise dans la zone euro, il disposait d'amortisseurs.

"Si la crise s'élargissait, nous avons des protections : la profondeur du carnet de commandes, qui permet de trouver des clients alternatifs quand certains clients veulent annuler ou reporter des commandes", a-t-il dit à des journalistes, citant aussi l'ampleur d'une trésorerie qui dépassait 11 milliards d'euros au 30 septembre 2011.

"C'est une bonne stratégie, bien solide (...) mais leur projet de continuer à augmenter (les cadences) et à s'attendre que les financements soient là n'est pas entièrement réaliste", a souligné Richard Aboulafia, analyste chez Teal Group.

"ÉTAPE PAR ÉTAPE"

Airbus a fait état de 1.608 commandes en 2011, soit un total net de 1.419 unités après annulations, s'octroyant ainsi une part de marché record de 64% en volume face à Boeing.

Le décompte inclut 1.226 commandes d'A320neo, la version améliorée du monocouloir vedette d'Airbus lancée il y a à peine un peu plus d'un an et qui a acculé Boeing à moderniser son propre appareil, sous l'appellation 737 MAX.

A eux deux, Airbus et Boeing ont inscrit des records en 2011, en livrant plus d'un millier d'avions et en prenant commande pour plus de 2.500 unités.

Airbus compte livrer environ 570 appareils en 2012, après les 534 appareils sortis de ses usines en 2011, ce qu'avait annoncé Reuters la semaine dernière, en hausse de 5% comparé à 2010, alors qu'Airbus comme Boeing s'attendent à une poursuite de cette croissance pour faire face à la demande des pays émergents.

Le constructeur européen, qui est passé en août de 36 à 38 unités produites par mois, vise la production de 42 avions A320 par mois fin 2012 et étudie le passage à 44 ultérieurement.

"Il faut y aller étape par étape", a dit à Reuters Fabrice Brégier, directeur général délégué d'Airbus, dont il devrait prendre la tête fin mai si la succession se déroule comme prévu.

"Autour de 570 avions pour 2012, c'est déjà un challenge très important, une croissance forte. Je pense qu'on la maîtrisera, mais avant d'aller voir plus loin, passons déjà ce cap", a-t-il ajouté, soulignant les difficultés rencontrées par certains sous-traitants pour suivre la brusque remontée des cadences de production.

Tom Enders, le président exécutif d'Airbus, qui devrait succéder à Louis Gallois à la tête d'EADS, a dit que la décision sur le passage à 44 unités par mois devrait être prise en 2012.

2012, "ANNÉE DE BOEING"

Airbus a dit que les 130 avions commandés par AMR, maison mère d'American Airlines qui a déposé le bilan, n'avaient pas été pris en compte en 2011.

L'avionneur a toutefois souligné que la compagnie s'était montrée confiante dans sa capacité à honorer sa commande historique de 460 avions partagée entre Airbus et Boeing.

Boeing a fait état la semaine dernière de 921 commandes en 2011, soit un total net de 805, et de 477 livraisons.

Le directeur commercial d'Airbus, John Leahy, a dit s'attendre à ce que les commandes d'Airbus reviennent à quelque 600-650 unités, et a laissé entendre que Boeing pourrait remporter la course pour la première fois depuis 2006.

L'avionneur américain a fait état de 1.000 commandes fermes et engagements pour le 737 MAX, et a annoncé que 2012 serait "l'année de Boeing".

"Je prévois qu'en 2012 notre part de marché sera ramenée à environ 50%, ou probablement même moins que cela. Si vous ajoutez 2010, 2011 et 2012, j'aimerais être au-dessus de 50%, mais je ne recherche pas ce niveau pour 2012", a dit John Leahy.

Louis Gallois, lors de la conférence de presse, a indiqué que le chiffre d'affaires d'EADS en 2011 serait nettement supérieur à celui de 2010, que la rentabilité du groupe s'améliorerait nettement à partir de cette année - notamment grâce à Airbus - et qu'il embaucherait 9.000 personnes en 2012, principalement en Europe.

Airbus a aussi annoncé l'annulation par la compagnie du Golfe Etihad de six des 25 A350-1000 que celle-ci avait commandés.

Airbus a retardé l'été dernier de deux ans la plus grande des trois versions de l'A350 pour répondre aux critiques suscitées par la taille des moteurs Rolls-Royce.

John Leahy a dit s'attendre à ce que le contrat d'acquisition de 25 A350 auprès d'Air France-KLM soit signé dans les prochaines semaines, faisant écho aux propos de la compagnie franco-néerlandaise.

Airbus compte livrer environ 30 A380 en 2012 et en vendre à peu près autant, a dit John Leahy à des journalistes.

A la Bourse de Paris, l'action EADS, qui a mené les hausses du CAC 40 en 2011, cédait 0,18% à 25,63 euros à 16h00, à comparer à un gain de 0,5% pour l'indice.

Edité par Dominique Rodriguez

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.