Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Air Liquide signe un vaste contrat d'achat d'énergie renouvelable au Pays-Bas
information fournie par AOF21/06/2022 à 09:08

(AOF) - Air Liquide a signé avec Vattenfall aux Pays-Bas son plus grand contrat d'achat d'énergie renouvelable à long terme (PPA) dans le monde à ce jour, pour une capacité éolienne offshore en cours de construction d'environ 115 MW. S'ajoutant à un précédent contrat d'approvisionnement avec Vattenfall, annoncé en mars 2021, ce nouveau PPA renforce le partenariat entre les deux groupes. Il permet également à Air Liquide de réaffirmer son engagement au service de la décarbonation de l'industrie en Europe tout en réduisant son empreinte carbone, en ligne avec ses objectifs de Développement Durable.

La durée de ce contrat est de 15 ans et son démarrage est prévu en 2025. L'énergie renouvelable fournie par Vattenfall, un des leaders européens dans la production et distribution d'électricité en Europe, sera générée par le parc éolien offshore Hollandse Kust Zuid (HKZ). Ce parc éolien offshore de dimension mondiale est actuellement en cours de construction, sans recours à des subventions, au large des côtes néerlandaises.

Avec cet accord, Air Liquide pourra alimenter en énergie renouvelable ses actifs actuels de production de gaz industriels et médicaux aux Pays-Bas et plus généralement au Benelux.

Cette électricité renouvelable pourra également alimenter des projets de décarbonation à grande échelle dans la région et d'accompagner l'accélération de la croissance de la demande en gaz bas carbone de ses clients.

Cet accord permettra à Air Liquide de couvrir plus de 30% de la consommation actuelle d'électricité du Groupe au Benelux.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- Deuxième mondial derrière Linde-Praxair des gaz industriels et médicaux, né en 1902 ;

- Ventes de 23,3 Mds€ structurées en 3 branches : gaz et services industriels pour 96 %, ingénierie et construction puis GMT -marchés globaux et technologies ;

- Equilibre des revenus par zones géographiques –les Amériques pour 38 %, l’Europe pour 33 %, l’Asie-Pacifique pour 22 % ;

- Modèle économique fondé sur les contrats pluri-annuels (1/3 des revenus générés par les contrats de vingt ans) et les partenariats industriels de long terme offrant une bonne visibilité des résultats futurs et une marge d’exploitation supérieure à 20% ;

- Capital ouvert, avec 33 % d'actionnaires individuels et 2,5 % pour les salariés; François Jackow est le nouveau directeur général du groupe à compter de juin 2022;

- Bilan sain, avec une dette nette notée A, ramenée 10,4 Mds€ soit à 58,5 % des capitaux propres.

Enjeux

- Stratégie Advance 2015 avec 3 priorités 1 - les performances financières : hausse annuelle de 5 à 6 % du chiffre d’affaires, rentabilité supérieure à 10 % des capitaux employés et réduction des émissions absolues de CO2 dès 2025, via des décisions d’investissements de 16 Mds€ entre 2022-2025, dont la moitié consacrée à la transition énergétique - 2 - la décarbonation de l’industrie, via l’offre de gaz industriels bas carbone, le captage & gestion du CO2 - 3 - l’innovation technologique adressée à 5 métiers : la mobilité hydrogène, l’électronique, la santé, l’industriel marchand et les hautes technologies -spatial, cryogénie, quantique… ;

- Stratégie innovation financée à hauteur de + 300 M€, visant à l'excellence opérationnelle, à l'ouverture aux technologies dans les cœurs de métier ou de rupture, par le biais de : réseau mondial de 6 campus innovation, avec + 400 partenariats d’innovation académiques / laboratoires dédiés : Digital factory pour l’expertise data, Alizent pour l’IoT, m-Lab pour les molécules, i-Lab pour le décryptage des tendances, dont 60 % pour la transition énergétique.../ fonds ALIAD de capital-risque, en alliance avec le fonds chinois CSE et fonds Accelair ;

- Stratégie environnementale visant la neutralité carbone en 2050 avec 2 objectifs intermédiaires, 2025 (début de la réduction en absolu des émissions) et 2035 (recul de 33 % par rapport à 2015), par le biais de : captage de CO2, production d’hydrogène par électrolyse et recours au biométhane / 8 Mds€ investis d’ici 2035 dans la chaîne de valeur de l’hydrogène / partenariat avec Rothschild & CO et Solar Impulse dans un fonds doté de 200 M€ pour accompagner les PME offrant des solutions pour l’environnement et participation au fonds mondial de financement de l’hydrogène décarboné (1,2 Md€ à court terme investis, avec Baker Hughes, Charg Industries, Plug Power, TotalEnergies et Vinci, pour un effet de levier de 15 Mds€) ;

- Capacité à répercuter la hausse des prix de l’énergie sur les clients ;

- Opportunités d’investissements industriels de 3,3 Mds€ à fin 2021, dont 40 % dans la transition énergétique.

La chimie française en pleine accélération

Après France relance (2 milliards d’euros consacrés à 135 projets dans la chimie), l’État a présenté le plan France 2030, qui fait la part belle aux produits chimiques. Cette reconnaissance soutient la visibilité du secteur, qui a prévu de recruter 120.000 personnes sur les cinq prochaines années. Cela correspond à une progression importante en tenant compte des effectifs totaux (environ 200.000 salariés). Elle répond au vieillissement des actifs dans la chimie. L’objectif est aussi d’accompagner la dynamique du secteur, qui bénéficie d'une croissance de 1,4 % par an en moyenne depuis quinze ans, contre un recul de 1,2% pour l’industrie en général. L’essor de nouvelles filières (matériaux pour les batteries, produits biosourcés et issus des biotechnologies, activités liées à l’économie circulaire…) reconfigure le marché.

Valeurs associées

Euronext Paris -0.22%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.