1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Air France propose un accord à ses pilotes, peu convaincus

Reuters09/02/2017 à 18:45
    * Nouvelle compagnie non cessible et limitée à 28 avions 
    * 1.000 embauches d'hôtesses et stewards (PNC) pour la 
compagnie 
    * Réduction de coûts de 15% pour les pilotes, -40% pour les 
PNC 
 
 (Actualisé avec conférence téléphonique, réaction des pilotes) 
    par Cyril Altmeyer 
    PARIS, 9 février (Reuters) - Air France a proposé jeudi à 
ses pilotes un accord prévoyant notamment la création d'une 
compagnie court et moyen-courrier aux coûts réduits, mais leurs 
principaux syndicats se sont montrés sceptiques et ont dénoncé 
l'arrêt des négociations. 
    La compagnie aérienne, dont la tentative de développer sa 
low cost Transavia en Europe avait provoqué une grève dure des 
pilotes en 2014, se retrouve à nouveau dans des sables mouvants, 
avec un accord ouvert à signature jusqu'au 24 février, voire 
plus tard en cas de consultation lancée par ses syndicats. 
    Outre un changement de ton reflétant le nouveau plan "Trust 
Together" de sa maison mère Air France-KLM  AIRF.PA , la 
direction d'Air France a multiplié les garde-fous et les 
incitations pour convaincre ses pilotes tout en tentant de 
solder enfin son plan précédent, "Transform 2015". 
    "La nouvelle compagnie sera détenue par Air France et ne 
pourra être vendue. Les droits de trafic resteront Air France", 
précise la compagnie dans un communiqué. 
    Le projet d'accord garantit en outre que la flotte de la 
nouvelle compagnie, connue sous le nom de projet "Boost", ne 
dépassera pas 18 avions moyen-courriers et 10 long-courriers et 
qu'elle emploiera des pilotes d'Air France "avec les règles 
d'utilisation et de rémunération" de la compagnie. 
    Air France prévoit d'embaucher plus de 1.000 hôtesses et 
stewards pour cette nouvelle compagnie, dont le premier vol 
moyen-courrier est prévu dès cet automne et le démarrage du 
long-courrier à l'été 2018. 
    La compagnie compte également recruter 200 pilotes par an, 
autant pour remplacer des départs en retraite que pour alimenter 
la croissance générée par la nouvelle compagnie. En misant sur 
des pilotes plus jeunes, donc moins rémunérés, Air France compte 
au total économiser 35 millions d'euros. 
    Pour que la nouvelle compagnie soit réellement économique, 
Air France prévoit de réduire d'environ 15% les coûts de ses 
pilotes et de l'ordre de 40% ceux de ses hôtesses et stewards, 
avec lesquels des négociations se poursuivent en parallèle dans 
l'espoir d'aboutir d'ici fin février. 
    "Il nous est apparu que la filialisation était une condition 
sine qua non pour concilier la création de cette compagnie à des 
coûts d'exploitation plus faibles avec un maintien du contrat 
social d'Air France", a expliqué le directeur général Franck 
Terner lors d'une conférence téléphonique. 
    "Mutualiser 40% de baisse des coûts sur l'ensemble du 
personnel navigant commercial d'Air France nous obligerait à 
revenir de façon extrêmement lourde sur le contrat social. Ce 
n'est ni réaliste ni souhaitable", a-t-il ajouté. 
     
    RÉFÉRENDUM EN COURS DU SNPL 
    Mais le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), 
majoritaire, organise du 3 au 13 février auprès de l'ensemble 
des pilotes un référendum pour savoir s'ils approuvent ou non la 
création de la nouvelle compagnie. 
    Malgré 15 journées de négociations depuis décembre, les 
syndicats de pilotes jugent prématurée la proposition d'accord 
de la direction. 
    "Les négociations n'étaient pas abouties. On retrouve une 
méthode de proposition unitalérale de texte", a déclaré à 
Reuters Véronique Damon, secrétaire générale du SNPL. 
    Air France a aussi proposé aux pilotes un compromis sur la 
majoration des heures de nuit pour solder définitivement le plan 
 "Transform 2015", un point d'achoppement qui avait conduit à la 
grève des pilotes de juin 2016, en plein Euro de football en 
France, et précipité le changement de direction de la compagnie. 
    Franck Terner a précisé qu'il s'agissait là de "tourner la 
page" avec un compromis différent des mesures présentées par son 
prédécesseur Frédéric Gagey l'an passé. 
    "L'accord est un peu fourre-tout et il y a des choses qui ne 
devraient pas y être, comme le solde de Transform. Si on veut 
faire une compagnie, on s'en donne les moyens, ce n'est pas en 
capitalisant sur le passé qu'on va y arriver", a résumé Grégoire 
Aplincourt, président du Syndicat des pilotes d'Air France 
(Spaf). 
    La direction, qui prévoit un mécanisme évitant toute dérive 
des salaires des pilotes de la nouvelle compagnie, propose 
également à l'ensemble des salariés un intéressement 
supplémentaire axé sur les résultats de l'entreprise.   
    Air France-KLM, dont les résultats annuels seront publiés le 
16 février, a clôturé en hausse de 0,73% à 5,085 euros à la 
Bourse de Paris. Le titre a cédé 1,7% depuis le début de 
l'année, après une chute de 26% en 2016. 
 
 (Edité par Dominique Rodriguez) 
 

Valeurs associées

-1.42%
-1.56%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.