Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

AIR FRANCE-KLM va lever près d'un milliard d'euros pour renforcer ses fonds propres
AOF13/04/2021 à 15:57

(AOF) - Un nouveau plan de sauvetage d'Air France-KLM avait été dévoilé la semaine dernière. Il consistait en une recapitalisation de la compagnie aérienne à hauteur d'un maximum de 4 milliards d'euros. L'opération se décomposait en une conversion par l'État français d'un prêt de 3 milliards d'euros en titres super subordonnés et en une augmentation de capital d'un montant maximum de 1 milliard d'euros. Restait encore à préciser les modalités de cette dernière. C'est désormais chose faite.

Air France-KLM a fixé le prix de souscription à 4,84 euros par action nouvelle, soit une décote de 8,85% par rapport au cours de clôture de la veille. En Bourse, cela se traduit par un repli de 3,99% à 5,10 euros pour le titre du transporteur aérien.

Dans le détail, le groupe va lever 901 millions d'euros via l'émission d'un peu plus de 186 millions d'actions. Le montant levé pourra être porté à 1,036 milliard d'euros, en cas d'exercice intégral de la clause d'extension. Le montant final sera fixé le 19 avril prochain.

Lorsque l'opération aura été menée à son terme, la participation de l'État français pourrait avoisiner les 30 % du capital (contre 14,3 % actuellement), en faisant le premier actionnaire du groupe Air France-KLM. Pour sa part, China Eastern Airlines pourrait monter de 8,8 % à environ 10 % du capital. Précisons que l'État néerlandais, autre actionnaire important du groupe, ne participera pas à l'opération.

Si Bruxelles a donné son feu vert à une telle opération de sauvetage, c'est qu'il y a des contreparties. Air France va en effet devoir céder jusqu'à 18 créneaux horaires quotidiens de décollage et d'atterrissage à l'aéroport d'Orly. De plus, le groupe Air France-KLM devra respecter des restrictions sur les acquisitions, les rachats d'actions, les distributions de dividendes et la rémunération de la direction générale.

L'an dernier, Air France-KLM a accusé une perte nette de 7,08 milliards d'euros et vu son chiffre d'affaires fondre de 59% à 11,1 milliards d'euros. Une situation difficile qui devrait perdurer durant le premier trimestre 2021, puisque le groupe s'attend à ce que le résultat d'exploitation soit de l'ordre de -1,3 milliard d'euros.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés à retenir sur Air France

- Numéro 1 européen du transport aérien, né en 2000 de la fusion entre Air France, créé en 1933, et le hollandais KLM, fondé en 1019 ;

- Chiffre d'affaires de 27,2 Mds€ réalisé à 87 % dans le transport de passagers et le cargo, puis la maintenance ;

- Modèle d'affaires fondé sur l'optimisation de l'utilisation de la flotte, l'amélioration de la performance opérationnelle, la simplification des structures et les connectivités d'une part, la croissance du réseau court et moyen-courrier et le développement du long courrier par alliances (alliance de 19 compagnies d'aviation dans SkyTeam) et partenariats ;

- Capital détenu à 14,3 % par l'Etat français, 14 % par l'état néerlandais, 8,8 % par Delta Airlines et 8,8 % par China Airlines et 3,9 % par les salariés, Anne-Marie Couderc présidant le conseil d'administration, Benjamin Smith étant directeur général ;

- Situation bilancielle saine à fin 2019 (ratio dette/résultat d'exploitation de 1,5) mais insuffisante face à l'effondrement de l'activité en 2020;

- Utilisation de lignes de crédit renouvelables de 1,7 Md€ en mars;

- Apaisement du climat social en 2019.

Enjeux

- Stratégie 2020-25 de croissance remise en cause par la pandémie.

Innovation

- Recours massif aux technologies émergentes - assistants vocaux, intelligence artificielle et réalité augmentée;

- Avec 1,5 million de visites sur les points de contact digitaux, 70% d'enregistrements en ligne, 4,6 milliards d'euros générés en ligne et 550 agents dédiés aux médias sociaux (plus grande équipe de l'industrie aérienne).

Environnement

- Stratégie environnementale concentrée sur la réduction de 50 % (par rapport à 2005) des émissions de CO2;

- Plan Climat avec 6 priorités dont modernisation de la flotte, carburants durables en s'appuyant sur SkyNRG, plan de compensation avec le système CORSIA;

- Lutte contre les nuisances sonores;

- Recyclage à 60 % des déchets dangereux en 2020 et réduction, d'ici 2030, de moitié des déchets résiduels ;

Pandémie

Impacts : 

- En mars, chute de 51 % du trafic et de 57 % des passagers, coefficient d'occupation revenu à 66,7 %;

- Besoin de liquidités pour le 3ème trimestre 2020 ;

Réactions :

- En avril et mai, suspension de 90 % des capacités, incertitudes au-delà;

- Plan additionnel d'économies de 200 M€ (dont la baisse de rémunération du directeur général), réduction des investissements de 350 M€;

- Soutien des actionnaires étatiques pour préserver la solvabilité : à fin avril, prêt de 7 Mds€ de l'Etat français, le soutien additionnel de l'état néerlandais venant plus tard;

- Dans les prochains mois, revue des activités, définition d'une feuille de route        environnementale, plan de transformation puis renforcement des fonds propres en 2021.

A suivre

- Activité cargo encore sous pression en 2019 ;

- Interrogations sur les 2 partenariats stratégiques récents : celui avec Virgin Atlantic, en graves difficultés, et celui avec China Eastern Airlines, mal positionnée dans le conflit Chine-Etats-Unis ;

- Non versement de dividende (pour la 5ème année consécutive).

Désastre financier

L'IATA chiffre à 118,5 milliards de dollars en 2020 les pertes cumulées des quelque 290 compagnies aériennes internationales. Ces pertes représentent davantage que durant toutes les précédentes crises cumulées depuis la fin de la Seconde guerre mondiale

Le chiffre d'affaires de 328 milliards sera en chute de 60% cette année. Les pertes du secteur devraient encore atteindre 38,7 milliards en 2021. L'an prochain le chiffre d'affaires devrait être encore inférieur de 50 % à celui de 2019 (838 milliards de dollars).

Le niveau médian de trésorerie, établi par les données de l'association, est particulièrement préoccupant. S'établissant à 8,5 mois, il permettrait aux compagnies aériennes de tenir jusqu'à l'été 2021, en tenant compte du rythme de consommation de cash de 13 milliards de dollars en octobre et d'un niveau autour de 6,8 milliards par mois au premier semestre 2021.

Valeurs associées

Euronext Paris -2.59%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 13/04/2021 à 15:57:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer