Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Air France-KLM réaffirme ses conditions sur Alitalia

Reuters31/10/2013 à 17:47

AIR FRANCE-KLM RÉAFFIRME SES CONDITIONS SUR ALITALIA

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Air France-KLM a annoncé jeudi avoir entièrement déprécié sa participation de 25% dans Alitalia à la suite du projet d'augmentation de capital de la compagnie italienne, une levée de fonds à laquelle il a réaffirmé ne vouloir participer qu'à des conditions "très strictes".

Le PDG du groupe franco-néerlandais Alexandre de Juniac s'est dit "offensé" et "découragé" de ne pas avoir été davantage associé aux discussions concernant l'avenir d'Alitalia, dont il est le premier actionnaire.

Air France-KLM a voté à la mi-octobre en faveur d'une augmentation de capital de 300 millions d'euros pour sortir la compagnie italienne de l'ornière, mais a jusqu'à la mi-novembre pour décider d'y participer ou pas.

"Nous envisagerons d'y participer si les conditions sont satisfaites. Si elles ne sont pas remplies, nous n'envisagerons pas de participation", a dit Alexandre de Juniac lors d'une conférence de presse consacrée aux résultats trimestriels d'AF-KLM.

Le groupe a dû repousser jeudi plusieurs objectifs clés face aux difficultés persistantes du moyen-courrier et du fret, dans une conjoncture morose à laquelle s'ajoute la volatilité des cours du pétrole et des devises.

Alexandre de Juniac a de nouveau plaidé pour une restructuration financière en profondeur d'Alitalia, dont Air France-KLM, a-t-il dit, reste un partenaire "loyal et sérieux".

"On n'est pas là pour mettre de l'argent dans une société qui ne peut pas tenir à long terme. Il faut un plan propre, carré, qui tient la route", a-t-il dit à des journalistes à l'issue de la conférence de presse.

"Ce n'est pas une punition pour les Italiens ou un mauvais traitement, je pense que c'est bon pour les Italiens de faire cela."

INQUIÉTUDES ITALIENNES

En Italie, la presse s'est largement fait l'écho d'inquiétudes concernant les intentions d'Air France-KLM, cinq ans après une tentative de rachat d'Alitalia bloquée par le président du Conseil de l'époque, Silvio Berlusconi.

"L'avenir de tout le secteur du transport aérien italien est en jeu, pas seulement l'avenir d'Alitalia", a souligné le porte-parole du syndicat italien Filt Cgil.

"C'est une question qui concerne le gouvernement italien, les syndicats et Alitalia et qui ne devrait pas être décider au conseil d'administration d'une grande entreprise française."

Les craintes se sont notamment cristallisées sur l'avenir du "hub" de Rome aux côtés de ceux de Paris et d'Amsterdam en cas de mariage à trois et sur le réseau d'Alitalia dans le long-courrier, segment le plus lucratif du transport aérien.

Alexandre de Juniac a dit souhaiter une réduction du réseau moyen-courrier et une stabilisation du long-courrier.

"Je ne vois pas l'intérêt de détruire une compagnie italienne, ni de transformer Alitalia en compagnie régionale dans un secteur court et moyen-courrier difficile", a-t-il souligné.

"Il faut miser sur Rome", a-t-il ajouté, indiquant que ce "hub" fonctionnait bien, contrairement à celui de Milan, trop proche de l'Allemagne et de la Suisse.

Si Air France-KLM ne contribue pas à l'augmentation de capital d'Alitalia, sa participation sera diluée aux environs de 10%. Prié de dire si AF-KLM pourrait racheter des actions Alitalia auprès d'autres actionnaires, Alexandre de Juniac a répondu : "Tout est possible."

De l'avis d'un banquier parisien, Air France-KLM fait le pari qu'il n'y aura pas vraiment d'autre candidat pour reprendre Alitalia.

"S'ils n'obtiennent pas les garanties sur la restructuration à mener, Air France-KLM aurait tout intérêt à se laisser diluer maintenant, quitte à revenir plus tard sur Alitalia", a estimé ce banquier.

"Ce sera peut-être plus cher mais ce sera plus sûr."

Air France-KLM a enregistré dans ses comptes du troisième trimestre une perte de valeur de 119 millions d'euros de ses actions Alitalia.

Le groupe a contribué en février à hauteur de 23,8 millions d'euros à un prêt d'actionnaires convertible d'un total de 95 millions d'euros entériné par le conseil d'administration d'Alitalia.

Avec Matthieu Protard et Isla Binnie, édité par Dominique Rodriguez

Mes listes

valeur

dernier

var.

0.074 0.00%
0.694 0.00%
2.01 0.00%
1.075 0.00%
7.378 0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.