Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Air France-KLM prêt à se laisser diluer dans le dossier Alitalia

Reuters13/11/2013 à 00:26

UNE PARTICIPATION D'AIR FRANCE-KLM À L'AUGMENTATION DE CAPITAL D'ALITALIA JUGÉE IMPROBABLE

par Cyril Altmeyer et Agnieszka Flak

PARIS/MILAN (Reuters) - Une participation d'Air France-KLM à l'augmentation de capital d'Alitalia est hautement improbable en raison de l'absence de mesures pour réduire la dette de la compagnie aérienne italienne, a déclaré mardi une source proche du dossier.

"La probabilité est très, très, très faible", a déclaré cette source au sujet d'une éventuelle participation d'Air France-KLM à l'augmentation de capital.

Si le groupe franco-néerlandais passe son tour, sa participation sera diluée de 25% à environ 7% du capital d'Alitalia.

Une porte-parole d'Air France-KLM s'est refusée à tout commentaire.

Les actionnaires d'Alitalia - dont Air France-KLM qui est le premier d'entre eux - ont jusqu'à jeudi minuit pour déclarer s'ils participent ou pas à l'augmentation de capital de 300 millions d'euros qui doit permettre à la compagnie en difficulté de poursuivre son activité.

Trois sources ont toutefois ajouté qu'Alitalia pourrait bien repousser la date limite pour faire cette déclaration. L'une d'entre elles a évoqué la date du 21 novembre.

Le groupe italien réunit mercredi à partir de 17h00 GMT son conseil d'administration - parmi lesquels quatre représentants d'Air France-KLM. L'administrateur délégué d'Alitalia, Gabriele del Torchio, spécialiste des redressements d'entreprises, devrait dévoiler un plan volontariste pour relancer la compagnie.

Le projet industriel d'Alitalia, qui prévoit environ 2.000 suppressions d'emplois, "va dans le bons sens", a estimé la même source, ajoutant toutefois que le plan financier ne permettait pas d'assurer la pérennité à moyen terme d'Alitalia, lourdement endettée.

Alitalia accusait à fin septembre une dette nette de 813 millions d'euros contre 946 millions fin juin.

"Les banques détiennent la clé de l'avenir d'Alitalia", a souligné cette source. "Elles devraient accepter d'effacer une partie de la dette."

AEROFLOT ET LES EMIRATS À LA RESCOUSSE

Air France-KLM, qui avait investi 323 millions d'euros dans Alitalia début 2009, avait encore contribué en février dernier à hauteur de 23,8 millions d'euros à un prêt d'actionnaires convertible d'un total de 95 millions d'euros pour la compagnie italienne.

Le groupe franco-néerlandais, qui a cherché à être associé au processus de "due diligence" en vue l'augmentation du capital, s'est vu opposer une fin de non-recevoir par Alitalia, au nom de l'égalité entre les actionnaires, a précisé la même source.

"Avec 25% du capital, Air France-KLM n'est pas considérée comme l'actionnaire de référence. C'est l'erreur des autres actionnaires d'Alitalia", a-t-elle expliqué.

Pour Air France-KLM, l'objectif d'Alitalia d'équilibrer son résultat d'exploitation en 2014 n'est pas raisonnable, a-t-elle ajouté.

"Le dépôt de bilan d'Alitalia est inévitable", a constaté de son côté une source bancaire. "Quel que soit le secours immédiat, s'il y a une bonne âme pour prêter 200, 300 ou 400 millions d'euros, le problème de fond n'est pas résolu".

Les investisseurs approchés, comme les Emirats arabes unis et la compagnie russe Aeroflot, ont fait la même analyse, a ajouté ce banquier.

Le ministre italien des Transports Maurizio Lupi a déclaré mardi que Rome envisageait d'associer Alitalia à un partenaire basé dans le Sud-Est asiatique si Air France-KLM ne participait pas à l'augmentation de capital.

Le ministre a écarté l'hypothèse d'un partenariat avec Etihad Airways, évoquée par la presse italienne, et a plutôt évoqué les spéculations sur Aeroflot et Air China.

Même si Alitalia est une entreprise privée depuis 2008, le gouvernement italien, qui considère la compagnie comme un actif stratégique, lui a apporté son soutien financier. La Poste italienne s'est d'ailleurs engagée à souscrire à hauteur de 75 millions à l'augmentation de capital.

Avec Alberto Sisto, Matthias Blamont, Julien Dury pour le service français, édité par Juliette Rouillon


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.