Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Air France-KLM-Pas de baisse de la part de l'Etat à ce stade

Reuters01/08/2018 à 12:40
    PARIS, 1er août (Reuters) - Le directeur financier d'Air
France-KLM  AIRF.PA  a déclaré mercredi ne pas avoir entendu
parler à ce stade d'une cession par l'Etat français de sa
participation de 14,3% dans le groupe, une semaine après le
renoncement d'AccorHotels  ACCP.PA  à son projet d'en racheter
tout ou partie.
    "Aujourd'hui, c'est vrai, il a été exprimé par l'Etat que
faire bouger la participation de l'Etat n'était pas une
impossibilité", a dit Frédéric Gagey, qui fait partie du
triumvirat transitoire de dirigeants exécutifs du groupe
franco-néerlandais, qui cherche un PDG depuis trois mois.
    "On comprend que cette prise de position soit prise, mais
enfin, on n'a pas entendu parler de projet à ce stade", a-t-il
ajouté lors d'une conférence de presse sur les résultats
semestriels organisée dans un hôtel Pullman, l'une des marques
d'AccorHotels.
    Le groupe hôtelier a annoncé la semaine dernière avoir
renoncé à d'entrée au capital d'Air France-KLM estimant que les
conditions n'étaient pas réunies. Frédéric Gagey a estimé que
les développements de partenariats existants les deux groupes ne
justifiaient pas une prise de participation d'AccorHotels.
 
    A l'assemblée générale annuelle des actionnaires du 15 mai,
juste avant de démissionner dans la foulée d'un référendum raté
sur les salaires chez Air France, l'ex-PDG Jean-Marc Janaillac
avait estimé qu'un désengagement de l'Etat pourrait avoir un
effet bénéfique sur les syndicats de la compagnie française.
    Franck Terner, le directeur général d'Air France, a dénoncé
la menace d'un nouveau conflit social en septembre, alors que la
gouvernance ne sera peut-être pas en place, après 15 jours de
grève qui ont entamé le bénéfice d'exploitation d'Air France-KLM
de 335 millions d'euros au premier semestre.
    Les discussions avec les syndicats ne pourront reprendre
qu'avec une nouvelle gouvernance, a-t-il rappelé, réaffirmant
que la revendication de 5,1% de hausse des salaires en 2018
formulée par l'intersyndicale d'Air France n'était pas possible
à satisfaire en l'état.
    "Je ne peux qu'appeler à la raison pour que le second
semestre ne soit pas à l'image du premier semestre en matière
sociale parce que là évidemment nos grands clients
commenceraient probablement à se poser des questions sérieuses",
a-t-il répondu à une question sur les clients "corporate".
    Frédéric Gagey a également confirmé qu'Air France-KLM
anticipait une baisse de son bénéfice d'exploitation en 2018 par
rapport au niveau de 1,9 milliard d'euros de 2017, malgré la
hausse inattendue des recettes unitaires qui lui a permis de
dégager des résultats supérieurs aux attentes au deuxième
trimestre.  

 (Cyril Altmeyer, édité par Dominique Rodriguez)
 

Valeurs associées

-0.21%
ADP
+1.64%
+2.38%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.