1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Affaire Skripal: Boris Johnson vise les alliés "corrompus" de Poutine
Reuters15/03/2018 à 09:17

    LONDRES, 15 mars (Reuters) - Le ministre britannique des
Affaires étrangères, Boris Johnson, a laissé entendre jeudi
matin que les oligarques russes dont la fortune provient de
leurs liens avec Vladimir Poutine pourraient être visés par la
police britannique.
    Theresa May a affirmé mercredi que l'Etat russe était
coupable de la tentative d'assassinat d'un ex-agent double russe
dans le sud de l'Angleterre. La Première ministre a ordonné
ordonnait l'expulsion de 23 diplomates russes et la suspension
des relations bilatérales avec Moscou en réponse à la tentative
de meurtre contre Sergueï Skripal et sa fille Ioulia.
 
    "Ce que les gens veulent voir, a expliqué Boris Johnson
jeudi matin sur la BBC, c'est pour que certains de ces gens très
riches qui sont directement associés à Vladimir Poutine, dont la
richesse peut être attribuée à leurs relations avec Vladimir
Poutine, la police soit en mesure de s'interroger sur cette
richesse inexpliquée, qu'elle les traduise en justice pour leurs
actes de corruption flagrante."
    Le secrétaire au Foreign Office a réaffirmé que les preuves
d'une responsabilité de la Russie recueillies dans l'agression
dont ont été victimes Skripal et sa fille le 4 mars à Salisbury,
dans le sud de l'Angleterre, étaient "écrasantes".
    Les Russes, a poursuivi Johnson, démentent être liés à cette
attaque mais veulent dans le même temps que le monde entier
sache qu'ils en sont les auteurs.
    Cette attaque est donc un avertissement envoyé à ceux qui
seraient tentés de s'opposer au pouvoir russe, a-t-il ajouté,
une façon de dire "Voyez ce qui arrive aux gens qui s'opposent à
ce régime".
    Johnson a ajouté qu'un échantillon de la substance utilisée
pour l'agression serait envoyé à l'Organisation pour
l'interdiction des armes chimiques (OIAC). D'après Londres, il
s'agit de "Novitchok", un agent innervant développé au niveau
militaire par l'Union soviétique dans les années 1970 et 1980.
 

 (Estelle Shirbon
Henri-Pierre André pour le service français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer