1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Accros aux bonnes nouvelles commerciales, les marchés européens rechignent à redescendre (Bourse Hebdo)
AFP08/11/2019 à 17:51

Poussés vers de nouvelles cimes cette semaine par des avancées commerciales, les marchés européens ne semblent pas décidés à redescendre vraiment même s'ils ne sont pas à l'abri d'un soubresaut politique ou de prises de bénéfices.

"Le commerce sino-américain est le fil conducteur qui a soutenu la hausse ces dernières séances et qui continuera à alimenter aussi bien le stress que l'enthousiasme", estime auprès de l'AFP Isabelle Enos, conseillère en investissement financier chez BNP Paribas Banque Privée.

"L'accord partiel a été la toile de fond de la semaine avec des informations disséminées au fil des jours qui ont permis aux marchés de progresser de façon régulière", poursuit-elle.

Les négociations entre les États-Unis et la Chine restent le point de mire des marchés depuis des mois et l'annonce mi-octobre d'un accord partiel a donné un coup de fouet aux indices boursiers.

Les déclarations jeudi d'un porte-parole du ministère chinois du Commerce selon lesquelles les deux pays s'étaient entendus sur une levée progressive des tarifs douaniers sur leurs produits respectifs ont encore conforté les investisseurs.

Cela a permis aux indices boursiers de monter allégrement et d'atteindre des niveaux qui n'avaient pas été touchés depuis longtemps - le CAC 40 est ainsi allé à son plus haut depuis 12 ans - même si vendredi les marchés ont un peu repris leur souffle.

- "verre à moitié plein" -

Selon Mme Enos, "pour le moment les investisseurs voient le verre à moitié plein" et "les 6.000 points sont un seuil psychologique auquel tous les investisseurs pensent", ce qui n'élimine pas toutes les incertitudes ou les informations potentiellement déstabilisantes.

"L'orientation des marchés a été très positive cette semaine", mais "il faut quand même rester encore prudent, car nous attendons toujours un accord final et définitif", souligne pour sa part Vincent Juvyns, un stratégiste de JPMorgan AM qui n'exclut pas une "temporisation".

Pour l'expert, la semaine prochaine, au-delà des développements commerciaux, les marchés surveilleront plusieurs statistiques, notamment les ventes de détail en Chine et aux États-Unis.

Le baromètre Zew du moral des investisseurs allemands en novembre est également à l'agenda, tout comme au Royaume-Uni, la première estimation du PIB au 3e trimestre ou l'inflation en octobre.

"Les investisseurs y chercheront surtout la confirmation de ce qu'ont montré les derniers chiffres", à savoir une petite amélioration, ajoute M. Juvyns.

- résultats meilleurs que prévu -

A l'instar du net rebond de l'activité dans les services aux États-Unis en octobre, selon les données de l'association professionnelle ISM, qui a surpris favorablement après avoir suscité pas mal d'inquiétudes en septembre.

Les investisseurs auront également quelques derniers résultats à analyser, comme Deutsche Post ou Eon à Francfort, Vodafone à Londres ainsi que EDF et Bouygues à Paris.

En la matière, "les dés sont déjà jetés pour cette saison", observe toutefois M. Juvyns, avec des résultats globalement meilleurs qu'attendu.

Globalement en additionnant des publications d'entreprises de bonne facture, une inflation maîtrisée, une consommation toujours dynamique, des taux d'intérêt bas, et un accord commercial qui semble se profiler, "nous avons un environnement favorable qui emporte la donne sur les marchés", estime Mme Enos.

Du côté du Brexit, "les derniers sondages pour le scrutin du 12 décembre donnent une majorité aux conservateurs menés par Boris Johnson, explique M. Juvyns, ce qui est donc de nature à plébisciter l'accord avec Bruxelles trouvé par le Premier ministre et c'est un facteur de soutien pour les marchés".

"A moins d'une alerte particulière, pour la spécialiste, les investisseurs n'ont donc pas envie de céder leurs positions dans cette période de l'année, statistiquement porteuse pour les marchés, en exceptant l'an dernier à marquer d'une pierre noire".

Arrivé à ces niveaux, personne n'a en effet envie de revivre le cauchemar de la fin 2018 où les marchés avaient sévèrement décroché.

D'autant, souligne Mme Enos, que "personne ne s'attendait à une année comme celle-là, tout le monde tablait sur davantage de revers".

abx/pn/nas

Valeurs associées

Euronext Paris +0.69%
EDF
Euronext Paris -0.15%
Euronext Paris -1.02%
XETRA -0.64%
XETRA +0.21%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer