Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Accord provisoire pour une refonte du marché européen de l'audit

Reuters17/12/2013 à 19:47

par Huw Jones

LONDRES (Reuters) - L'Union européenne a conclu un accord préliminaire visant à obliger les sociétés européennes à changer régulièrement de commissaires aux comptes afin d'améliorer la qualité de leur comptabilité, annonce mardi la présidence lituanienne de l'UE.

Cette réforme est issue de la crise financière de 2007-2009 à la suite de laquelle les contribuables ont dû renflouer des banques dont les bilans avaient été jugés sains quelques mois auparavant par des cabinets d'audit.

En exigeant un renouvellement régulier des commissaires aux comptes, elle vise également à aiguiser la concurrence dans un secteur dominé par quatre grands cabinets d'audit en Europe : PriceWaterCoopers (PwC), Deloitte, KPMG et Ernst & Young.

L'accord, tel qu'il est présenté dans des documents obtenus par Reuters, reste soumis au feu vert des Etats membres cette semaine mais reflète des concessions du Parlement européen.

Une société serait obligée de changer de commissaire aux comptes tous les dix ans mais pourraient garder le même pendant encore dix ans à condition d'avoir lancé un appel d'offres.

Michel Barnier, le commissaire européen aux services financiers, avait initialement proposé de changer plus fréquemment. Il estime néanmoins que la nouvelle loi limiterait les liens trop étroits entre les auditeurs et leurs clients.

LES "BIG FOUR" CRIENT AU LOUP

Les sociétés qui utilisent deux équipes de commissaires aux comptes, au sein d'un comité d'audit, pourraient conserver les mêmes comptables pendant 24 ans.

Sajjad Karim, un parlementaire britannique de centre-droit qui a mené les négociations pour le parlement, a jugé la nouvelle législation équilibrée et ajouté qu'elle contribuerait largement à restaurer la confiance dans les cabinets d'audit.

Toutefois, les quatre grands du secteur ont crié au loup, estimant que ce projet de loi plongerait le marché de l'audit à travers l'Europe dans des perturbations coûteuses.

"C'est assez horrible", a dit un responsable des "Big Four".

Le deuxième cercle des cabinets d'audit, qui comprend BDO et Grant Thornton, espère en revanche profiter de cette ouverture pour se placer progressivement auprès des grands groupes cotés.

L'accord impose également un plafond sur les commissions d'audit et interdirait certains services de conseil, tels que les conseils en fiscalité, qui ne pourraient être fournis par un comptable s'il est aussi commissaire aux comptes. L'Allemagne a néanmoins introduit un peu de souplesse dans cette disposition.

"Il ne faut pas sous-estimer l'impact considérable qu'aura cette réforme sur le plan pratique, non seulement pour les professionnels de l'audit mais aussi pour les entreprises de l'Union européenne", a déclaré Michael Izza, directeur général d'ICAEW, organisme international basé à Londres.

Les ambassadeurs des Etats membres devront approuver formellement l'accord mercredi, en vue d'une séance plénière au Parlement début 2014. La loi entrera en vigueur vers 2016.

Les périodes de rotation fixées dans le cadre de la loi seront des bases minimum, certains pays comme l'Italie et les Pays-Bas ayant déjà fixé des périodes de rotation plus courtes.

En Grande-Bretagne, le Financial Reporting Council a préconisé à la fin de l'année dernière de changer de commissaire aux comptes une fois tous les 10 ans.

Huw Jones, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.