Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Accord à Bruxelles sur les faillites bancaires

Reuters27/06/2013 à 10:50

ACCORD À BRUXELLES SUR LE PARTAGE DES PERTES EN CAS DE FAILLITE BANCAIRE

par Robin Emmott et John O'Donnell

BRUXELLES (Reuters) - A quelques heures de l'ouverture d'un Conseil européen, les ministres des Finances de l'Union européenne sont parvenus dans la nuit de mercredi à jeudi à un accord sur la question d'un partage des pertes en cas de faillites bancaires.

Le ministre français des Finances, Pierre Moscovici, a indiqué de son côté que les ministres avaient en outre accédé à une demande de la France, à savoir que le MES (Mécanisme européen de stabilité) puisse être utilisé pour venir en aide aux banques en difficulté dans la zone euro.

Cela, a-t-il dit, donne au système de la solidité et crée un mécanisme de solidarité.

"Nous avons un accord", a déclaré un responsable européen présent aux discussions, qui avaient commencé mercredi dans la soirée, à Bruxelles, et ont duré sept heures.

L'accord, qui entrera en vigueur d'ici 2018, prévoit une nouvelle règle en vertu de laquelle les pays de l'UE pourront imposer des pertes aux créanciers obligataires et aux déposants dont les comptes dépassent les 100.000 euros, au cas où une banque serait en difficulté.

Cet accord allégera, en cas de nouvelles difficultés bancaires, le fardeau qu'ont supporté les contribuables depuis le début de la crise financière internationale, les renflouements ayant été permis par l'injection d'argent public.

"Pour la première fois, nous nous sommes mis d'accord sur un important 'bail-in' pour protéger les contribuables", a noté le ministre néerlandais des Finances, Jeroen Dijsselbloem.

UNION BANCAIRE

Ces nouvelles règles brisent un tabou en Europe, même si les pays auront une certaine souplesse pour décider quand et comment imposer des pertes aux créanciers d'une banque en difficulté.

L'imposition de pertes aux gros déposants a déjà été expérimentée en mars dans le cadre du plan d'aide international accordé à Chypre et représente un changement important de la politique européenne sur les banques en difficulté.

Les Vingt-sept avaient déjà tenté samedi dernier de s'entendre sur des règles imposant des pertes aux clients les plus fortunés, mais ils avaient alors échoué après vingt heures de discussion, principalement en raison de désaccords entre l'Allemagne et la France.

Le projet d'union bancaire européenne doit être évoqué ce jeudi et vendredi à Bruxelles lors du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement des Vingt-Sept.

L'UE a dépensé l'équivalent d'un tiers de son produit intérieur brut (PIB) annuel pour aider ses banques de 2008 à 2011, sans se résoudre à la fermeture de certains établissements, comme l'avaient fait les Etats-Unis après la crise financière de 2008-2009.

"L'Europe ne s'est pas couverte de gloire", a estimé à ce propos Karl Whelan, économiste à l'University College de Dublin. "Les Etats-Unis ont plus rapidement reconnu l'ampleur des problèmes des banques. Mais en Europe, on a caché ça sous le tapis", a-t-il ajouté.

Robin Emmott; Hélène Duvigneau, Julien Dury et Eric Faye pour le service français

Mes listes

valeur

dernier

var.

0.406 +2.27%
135.978 -0.13%
9.73 +0.52%
73.03 -3.78%
132.03 +0.90%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.