Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Accor : Barclays passe à Sous-Pondérer
information fournie par AOF06/10/2022 à 11:07

(AOF) - Barclays dégrade Accor en passant à Sous-Pondérer pour un objectif de cours ramené à 21 euros. "Les valeurs hôtelières sont vulnérables dans le contexte macroéconomique, même si les tendances actuelles restent saines", estime le broker, qui voit néanmoins "plus de risques à la baisse qu'à la hausse pour le multiple de valorisation " et revoit donc en conséquence à la baisse sa recommandation et son objectif de cours.

AOF - EN SAVOIR PLUS

ACCOR

Points clés

- Premier opérateur hôtelier mondial, créé en 1967, avec plus de 40 % du marché (hors France, 1/3 du marché), leader en Asie-Pacifique, Moyen-Orient-Afrique et Amérique latine ;

- Parc hôtelier de 5 300 hôtels, soit 778 000 chambres dans 100 pays, du luxe pour 26 % des revenus sous les marques Fairmont, Pullman, Raffles, Sofitel …) au milieu de gamme (34 %) et économique Adagio, Ibis, Mercure, Novotel…;

- Activité de 2,2 Mds€ équilibrée au niveau mondial et répartie en deux grands pôles, HôtelServices pour les hôtels détenus détenus en franchise ou par le management (72 %) et HôtelAssets pour ceux détenus en propre ainsi que la diversification dans la conciergerie, la location de résidence de luxe ou les services digitaux pour hôteliers… ;

- Modèle économique fondé sur la diminution des besoins en fonds propres par l’« asset light » - vente des murs et contrôle de la gestion, par la fidélisation et l’optimisation du modèle ;

- Capital caractérisé par la présence des opérateurs hôteliers chinois Jin Jiang et Huazhu (13 % et 6,2 % chacun), du fonds qatari QiA (11,3 %) et de l’anglais Kingdom Hotels (9,21 %), les fondateurs conservant 1,43 % du capital, avec un conseil d’administration de 12 membres présidé par le directeur général Sébastien Bazin ;

- Structure financière maîtrisée avec 2,5 Mds€ de liquidités face à 2 Md€ de dette nette à fin juin.

Enjeux

- Simplification de l’organisation en deux divisions : « Economy, Midscale & Premium Division », pôle hôtelier regroupant les marques Ibis, Novotel, Mercure, Swissôtel, Mövenpick et Pullman / « Luxury & Lifestyle Division », pôle rassemblant les marques hôtelières de luxe et Ennismore, l’entité Lifestyle du Groupe ;

- Stratégie RESET d’économies de coûts récurrentes -200 M€ par an ;

- Stratégie d’innovation au service de l’hospitalité augmentée ALL-Accor Live Limitless avec une plateforme unique concentrant les offres du groupe, exploitant les données personnelles et commerciales pour fidéliser la clientèle ;

- Stratégie environnementale « Planet 21 » : recul des consommations d’énergie, plan carbone action pour le quart des hôtels AccorInvest, vers une élimination des plastiques à usage unique, audit du tiers des fournisseurs, lancement du 1 er « emprunt vert »

- Retombées du partenariat stratégique avec le chinois Huazhu Hotels Group, visant à renforcer les marques Ibis, Mercure et Novotel en Chine, Taïwan et Mongolie ;

- Accélération de la diversification dans le « lifestyle », avec notamment de Ennismore, détenu à 62,2 %.

Défis

- Confirmation de la remontée du RevPar (indicateur de l’activité hôtelière) qui a dépassé au 2nd semestre son niveau de 2019 ;

- Forte exposition à l'Europe qui contribue à près de 40 % du bénéfice d’exploitation et attente du comblement de leur retard par la Chine et l’Asie du sud-est ;

- Face à l’inflation, efficacité du plan RESET d’économies de coûts récurrentes -200 M€ par an ;

- Après un doublement du chiffre d’affaires et un retour à la rentabilité, opérationnelle et nette, au 1 er semestre, objectifs 2022 d’une croissance de 3,5 % du réseau et d’un doublement de l’excédent brut d’exploitation à + 550 M€.

Sortie de crise pour la croisière

La reprise est tangible en Europe. MSC Croisières, la première compagnie européenne, a repris l'exploitation de la totalité de sa flotte en juin, soit 19 paquebots- dont 14 en Méditerranée. De même, le groupe Costa, filiale du géant américain de la croisière Carnival, devrait exploiter l'intégralité de ses paquebots (au nombre de 24) d'ici la fin de l'année. En revanche la Chine, reste à l'écart du mouvement général, du fait de sa politique sanitaire extrêmement restrictive. L'association internationale des compagnies de croisières (CLIA) prévoit que le secteur devrait retrouver son trafic record de 2019, soit un total de 32 millions de croisiéristes, d'ici la fin de 2023.

Valeurs associées

Euronext Paris +0.04%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 06/10/2022 à 11:07:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.