1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

À WALL STREET-Les distributeurs attendus sur les coûts salariaux
Reuters12/11/2018 à 16:51

    par Caroline Valetkevitch
    NEW YORK, 12 novembre (Reuters) - Les publications des
résultats du troisième trimestre touchent à leur fin à Wall
Street mais ceux de la semaine, notamment Walmart  WMT.N  et
Macy's  M.N  dans la distribution, seront suivis de près par les
investisseurs qui redoutent un impact défavorable de la
croissance salariale.
    Malgré une croissance des bénéfices qui a été la plus forte
depuis 2010 pour les sociétés du S&P-500  .SPX , plus d'une
dizaine d'entreprises ont mentionné la hausse des coûts
salariaux comme facteur d'incertitude lors de leurs conférences
téléphoniques, contre une poignée seulement un an plus tôt. 
    Ces commentaires font craindre un ralentissement encore plus
marqué que prévu des résultats aux Etats-Unis l'an prochain,
surtout pour les détaillants qui sont de gros pourvoyeurs
d'emplois.
    La distribution mais aussi l'hôtellerie, la restauration, la
fourniture d'énergie et les services informatiques comptent
parmi les secteurs les plus exposés à la hausse des salaires,
écrivent les stratèges de Morgan Stanley dans une note récente.
    "Les pressions salariales étaient latentes depuis un moment
mais on en a vu la manifestation concrète (...) dans le rapport
de l'emploi d'octobre, alors je pense que cela va rester un
sujet", déclare Kristina Hooper, stratège chez Invesco à New
York.
    Avec un taux de chômage à 3,7%, au plus bas depuis 49 ans,
les salaires ont augmenté en octobre de 3,1% en rythme annuel,
leur plus forte croissance depuis avril 2009, selon les
statistiques publiées le 2 novembre.  
    
    MARGES SOUS PRESSION
    Après un bond estimé à 24% en 2018, grâce aux baisses
d'impôts votées en décembre 2017, la croissance des bénéfices
des entreprises du S&P devrait ralentir à 9% en 2019 selon
Refinitiv, ce qui rend plus sensible la question des salaires.
    Or avec quelque 7,14 millions d'emplois qui attendent d'être
pourvus aux Etats-Unis, les employeurs n'ont d'autre choix que
d'augmenter les salaires pour attirer des candidats ou retenir
des talents.
    Amazon.com  AMZN.O , le géant du commerce en ligne, a
annoncé le mois dernier porter le salaire horaire minimum à 15
dollars pour ses employés aux Etats-Unis à compter de novembre.
    De plus, le changement de majorité à la Chambre des
Représentants, qui va passer sous contrôle démocrate, renforce
la possibilité d'une augmentation du salaire minimum au niveau
fédéral.
    Parmi les firmes qui ont évoqué l'impact de la croissance
salariale au troisième trimestre figurent les chaînes de
restauration rapide McDonald's  MCD.N  et Chipotle Mexican Grill
 CMG.N  mais aussi le fabricant de produits d'entretien Clorox
 CLX.N  et le groupe parapétrolier National Oilwell Varco
 NOV.N .
    Parmi les distributeurs, le géant du bricolage Home Depot
 HD.N  publie ses comptes mardi, suivi de Macy's  M.N  mercredi
et Walmart jeudi.
    Dans une note récente, les stratèges de Goldman Sachs
conviennent que l'inflation salariale compte parmi les
principaux risques pour les marges futures des entreprises, avec
la hausse des tarifs douaniers et l'augmentation des coûts
financiers liée à l'évolution des taux d'intérêt.
    "Les entreprises se sont montrées confiantes dans leur
capacité à compenser les tarifs douaniers par des hausses de
prix ou une réorganisation de leur chaîne d'approvisionnement.
Mais leurs dirigeants ont signalé des difficultés de recrutement
accrues et une intensification des pressions salariales",
écrivent-ils.
    Certaines entreprises, notamment dans la grande
distribution, pourraient devoir répercuter la hausse des coûts
salariaux sur leurs prix pour préserver leurs maigres marges
bénéficiaires.
    "Quand les salaires atteindront des niveaux susceptibles
d'entraîner un regain d'inflation, cela pourrait impacter
négativement la croissance des bénéfices", conclut Peter
Cardillo, économiste marchés chez Spartan Capital Securities à
New York.

 (Véronique Tison pour le service français, édité par Blandine
Hénault)
 
 

Valeurs associées

Index Ex -0.15%
NASDAQ +0.03%
NYSE -0.35%
NYSE +0.87%
NYSE +0.42%
NYSE +0.47%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer