Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

A suivre aujourd'hui... Valneva
information fournie par AOF16/08/2022 à 08:01

(AOF) - Valneva a gagné 2,47% à 10,36 euros lundi après l'annonce de la mise en place d'un programme " At-the-Market (ATM) " sur le Nasdaq d'un montant maximum de 75 millions de dollars sous forme d'American Depositary Shares (ADS). Le spécialiste des vaccins a l'intention d'utiliser le produit net de ce programme, principalement pour la recherche et le développement des candidats vaccins, son fonds de roulement et ses besoins généraux, à sa discrétion, en combinaison avec sa trésorerie et ses équivalents de trésorerie existants.

À titre d'exemple, dans l'hypothèse de l'émission du montant total de 75 millions de dollars (ou 72,5 millions d'euros) d'ADS à un prix d'offre supposé de 20,83 dollars par ADS (ou 10,03 euros par action ordinaire) - le dernier prix de vente publié des ADS sur le Nasdaq le 11 août 2022 - un détenteur de 1% du capital social de la société en circulation à la date du présent communiqué de presse, détiendrait 0,99% du capital social de la société en circulation après la réalisation de l'opération.

La semaine dernière, la biotech franco-autrichienne a revu à la baisse son objectif de chiffre d'affaires annuel en raison de la faiblesse des commandes de son vaccin contre le Covid 19. Le groupe table désormais sur un chiffre d'affaires compris entre 340 millions à 360 millions en 2022, contre 430 à 590 millions d'euros précédemment. Les ventes du vaccin contre le Covid sont attendues entre 30 et 40 millions.

LEXIQUE

ADR / ADS

Un programme d'ADR (American Depository Receipt) permet à une société étrangère d'être cotée aux Etats-Unis. Un ADR constitue un droit de propriété sur un titre matériellement coté (ADS ou American Depository Share). Les ADR d'une société étrangère sont émis par le biais d'une banque américaine, en contrepartie de la consignation d'un montant correspondant d'actions principales.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- Spécialiste du développement de vaccins prophylactiques contre les maladies infectieuses aux options thérapeutiques limitées ;

- Chiffre d’affaires de 348 M€ Md€ tirés de l’Europe pour 56 %, devant les Amérique (27 %), puis l’Asie-Océanie (9 %) et l’Afrique-Moyen-Orient (8 %) ;

- Modèle d’affaires : portefeuille de vaccins diversifiés pour large public, financement des développements cliniques par une infrastructure spécialisée, 2 vaccins commerciaux (Ixiaro et Dukoral contre l’encéphalite japonaise et le choléra) et des droits de distribution de vaccins pour des tiers ;

- Capital détenu à 13,02 % par le groupe Grimaud la Corbière et 8,19 % par BPI France, Frédéric Grimaud présidant le conseil de surveillance de 5 membres et Thamas Lingelbach le directoire ;

- Bilan solide avec 307 M€ de capitaux propres face à 42 M€ de dettes, renforcé par une trésorerie nette de près de 350 M€ en avril 2022.

Enjeux

- Stratégie de moyen terme fondée sur le financement de la R&D par les ventes des vaccins Ixiaro et Dukoral, d’extension du réseau de fabrication (3 sites, en Ecosse, Suède et Autriche) et de partenariats valorisant les actifs du groupe ;

- Stratégie d'innovation inhérente au modèle d’affaires, riche d’un portefeuille de 398 brevets et soutenue par 173 M€ de frais de R&D, avec 3 actifs principaux et 3 programmes précliniques : le seul vaccin en développement clinique contre la maladie de Lyme, le seul vaccin à injection unique contre le chikungunya, l'unique vaccin COVID-19 à virus entier inactivé et adjuvanté, candidats vaccins contre le metapneumovirus de l’homme, le parvovirus et le norovirus ;

- Stratégie environnementale : efficacité énergétique, minimisation des déchets, utilisation optimale de l’eau et réduction de 5 %, vs 2016, des émissions de CO2 d’ici 2025 ;

- Bonne visibilité de l’activité grâce aux accords sur les vaccins avec : le gouvernement britannique (commandes de 100 millions de doses vaccins anti-Covid et options sur 190 millions d’ici 2025, soit 1,4 Md€ au total), avec Pfizer pour co-développer et vendre celui contre la maladie de Lyme (308 M$), avec les autorités américaines pour Ixiario contre l’encéphalite japonaise (70 M$), avec Bavarian Nordic pour le marketing et la distribution de vaccins spécialisés, avec Batavia Biosciences pour développer un vaccin peu coûteux contre la polio, avec l’institut Butantan contre le chikingunya pour pays à faible revenu..

Défis

- En 2022, lancement des essais de phase 3 pour le vaccin contre la maladie de Lyme et attente du visa de l’autorité américaine à la vente du vaccin contre le chikingunya et de celle de l’Union européenne pour le Covid 19 (60 millions de doses) ;

- Sensibilité aux voyages des ventes de vaccins déjà commercialisés (contre l’encéphalite japonaise et le choléra) ;

- Incertitudes sur le succès commercial du vaccin contre le Covid 19 au Royaume-Uni, compte tenu de la forte concurrence déjà installée ;

- Objectifs 2022 : hors vaccin contre la Covid, chiffre d’affaires entre 430 et 590 M€ et dépenses de R&D entre 65 et 75 M€.

Une course inéluctable aux nouveaux blockbusters

Le brevet du produit vedette de Merck, l'anticancéreux Keytruda, qui représente plus de 35% de ses ventes, arrive à échéance en 2028. En dépit de la perte, depuis 2019, des brevets de ses trois produits vedette (Avastin, Herceptine, Rituxan) Roche a su, lui, renouveler son portefeuille en mettant sur le marché de nouvelles molécules. Toutefois la découverte et le lancement de nouveaux médicaments sont de plus en plus coûteux. AstraZeneca dépense environ 6 milliards de dollars par an en R&D dans une industrie pharmaceutique où la durée de vie d'un brevet ne dure que dix à quinze ans. Cela amène les laboratoires à se désengager de certaines activités. Ainsi J&J, Pfizer, GSK et, sans doute, Novartis prochainement préfèrent se recentrer sur les médicaments de spécialité et abandonnent toute activité annexe.

Valeurs associées

Euronext Paris -5.05%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 16/08/2022 à 08:01:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.