Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

A suivre aujourd'hui... Vallourec
information fournie par AOF02/06/2022 à 08:11

(AOF) - Vallourec annonce la nomination d’Enrico Schiappacasse au poste de SVP Stratégie et Développement du groupe. Il prend ses fonctions le 1er juin 2022 et rejoint le Comité Exécutif. Enrico Schiappacasse était auparavant Vice-Président de la Business Unit Pétrole et Gaz de Prysmian Group, leader mondial dans l’industrie des câbles et systèmes pour l’énergie et les télécommunications.

De 2009 à 2022, Enrico Schiappacasse a occupé différents postes au sein de l'entreprise Prysmian Group : tout d'abord Directeur Stratégie et M&A pendant huit ans, il est ensuite devenu VP Marketing, Product and Business Development, Energy, avant de prendre les rênes de la Business Unit Pétrole et Gaz en tant que Vice-Président.

Philippe Guillemot, Président du Conseil d'Administration et Directeur-Général de Vallourec, a déclaré : "Je me réjouis d'accueillir Enrico au sein du Groupe et du Comité Exécutif. Avec une expérience de plus 25 ans dans les secteurs de l'énergie et du conseil, Enrico prendra en charge la direction et l'exécution des futures orientations stratégiques du Groupe. "

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points-clés

- Co-leader mondial, avec Tenaris, du marché des tubes en acier sans soudure (12 % de parts de marché) et leader mondial des solutions tubulaires premium ;

- Chiffre d’affaires de 3,4 Mds€, avec un positionnement fort dans le secteur pétrole-gaz (54 %), devant l’industrie en forte progression (36 %), la pétrochimie (6 %) et l’énergie électrique ;

- Nouveau modèle économique en 3 piliers : réduction des capacités de production en Europe, renforcement de la présence dans les 2 Amérique, au Moyen-Orient et en Asie du sud-est, plan de transformation vers une meilleure compétitivité ;

- Capital non opéable en raison de la présence de la BPI (2 %), les fonds Apollo étant 1ers actionnaires avec 20 % des titres et Edouard Guinotte, directeur général, présidant le conseil de 9 administrateurs ;

- Bilan assaini par l’augmentation de capital de juin 2021 avec des capitaux propres de 1,8 Md€ et des disponibilités de 1,1 Md€ face à 958 M€ de dette nette mais autofinancement négatif de 284 M€.

Enjeux

- Stratégie « Accélération » de croissance rentable via l’excellence industrielle et des fonctions support plus efficientes avec un objectif d’économies brutes de 200 M€ sur 2021-22 ;

- Stratégie d’innovation soutenue par 6 centres de R&D visant à :

- capitaliser sur l’avantage technologique (connexions VAM®) et les solutions digitales diffusées auprès des clients via la plateforme Smartengo Vallourec.smart,

- répondre aux défis de légèreté dans l’industrie, de rendement des centrales dans l’énergie électrique et de complexité des transports et stockage dans l’huile et gaz

- soutenir les propositions des salariés via les challenges d’Open Innovatin et le Booster ;

- Stratégie environnementale dans la liste A du CDP et validée par le SBTi en 2 volets :

- offre de solutions à la transition énergétique pour la géothermie, l’éolien offshore, le capture&stockage de carbone et l’hydrogène avec pour objectif « une hausse significative du chiffre d’affaires sur 2020-30 », ;

- diminution de l’impact : 40 d’énergie renouvelable, 96 % des déchets revalorisés, 43 % de l’acier issu du recyclage ;

- Qualité productive des 3 sites industriels majeurs : Youngstone aux Etats-Unis d’où un avantage compétitif pour le groupe favorisé par la hausse des droits de douane sur l’acier, VSB au Brésil, et Tianda en Chine ;

- Succès de Vallourec Umbilicals en charge des tubes pour ombilicaux offshore ;

- Déploiement des routes compétitives brésilienne et chinoise avec une production de tubes attendue de 500kt en 2024 contre 300kt en 2019.

L’eldorado des fonds marins

L'un des dix objectifs du plan France 2030 présenté par le gouvernement français comprend l'exploration des grands fonds marins. La France est la deuxième puissance maritime mondiale et l'un des vingt-deux pays bénéficiant d'un contrat d'exploration des fonds marins internationaux. Un nombre limité d’acteurs, dont la Chine, produit des ressources minières. En exploitant les fonds marins, les Etats cherchent à bénéficier de réserves stratégiques. Toutefois des limites existent à cette exploration. D’abord les opérations sont compliquées et coûteuses, ce qui pose la question de leur rentabilité. Ensuite, il est impossible d'exploiter ces richesses sans endommager les écosystèmes en eaux profondes.

Valeurs associées

Euronext Paris +3.70%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 02/06/2022 à 08:11:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.