Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

A suivre aujourd'hui... OVHcloud
information fournie par AOF30/06/2022 à 08:17

(AOF) - Le chiffre d'affaires consolidé d'OVHcloud a atteint 202 millions d'euros sur le troisième trimestre 2022, en hausse de 25,9 % par rapport à l'exercice 2021 en données publiées et de 11,7 % en données comparables, à taux de change et périmètre constants et excluant les impacts directs de l'incident de Strasbourg. La bonne performance du troisième trimestre reflète une dynamique commerciale solide, avec une croissance tirée par la progression de l'ARPAC et un segment Enterprise en accélération.

La capacité d'OVHcloud à croître avec ses clients se traduit par un taux de rétention net du chiffre d'affaires de 120 % sur la période (vs 100 % en 2021). Il atteint 107 % en éliminant les avoirs et les bons émis suite à l'incident de Strasbourg (vs 103 % en 2021), un niveau en forte progression par rapport à l'année précédente.

La dynamique de ce troisième trimestre se retrouve également dans l'évolution du business mix en faveur du Cloud public et Cloud privé, et dans la part croissante de l'international dans le chiffre d'affaires du groupe, qui atteint 51 % sur le trimestre.

Sur la base de la croissance enregistrée lors de ces neufs premiers mois, de la dynamique commerciale sur les premières semaines du quatrième trimestre et malgré un environnement macroéconomique dégradé, OVHcloud relève son objectif de croissance du chiffre d'affaires et anticipe désormais une croissance entre 16 % et 18 %, à comparer à la fourchette de 15 % à 17 % communiquée au premier semestre.

Le groupe maintient ses autres objectifs, à savoir : une marge d'Ebitda ajusté proche de 40 %, des Capex récurrents compris entre 16 % et 20 % du chiffre d'affaires et des Capex de croissance compris entre 30 % et 34 %4 du chiffre d'affaires.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- Numéro 1 européen des services de cloud, créé en 1999, doté d’un réseau de 33 data centers hébergeant 400 000 serveurs sur 4 continents ;

- 663 M€ de chiffre d’affaires, réalisé majoritairement en Europe (81 %, dont 52 % en France), 4,5 % provenant des Etats-Unis, réparti entre le cloud privé pour 60 %, l’activité historique (hébergement de sites et enregistrement de domaines) pour 26 % et le cloud public pour 14 % ;

- Modèle de production verticalement intégré, de la fabrication des serveurs, l’exploitation des centres de données et les ressources réseau à la gestion des infrastructures informatiques, cette technologie propriétaire donnant un avantage de coûts substantiel ;

- Capital contrôlé à hauteur de 69,6 % par la famille Kabla (les salariés détenant 2,1 %), Octave Kabla, fondateur, présidant le conseil d’administration de 9 membres et Michel Paulin étant directeur général ;

- Dette nette de 446 M€, soit un effet de levier de 1,4, face à 458 M€ de capitaux propres.

Enjeux

- Stratégie « Move to PaaS visant une hausse annuelle de 25 % des revenus à partir de 2025 : pénétration du marché des nouvelles utilisations du cloud (intelligence artificielle, cryptage…) et des solutions PaaS intégrées par partenariats / consolidation en Europe et développement aux Etats-Unis et en Asie (Inde, Indonésie, Japon, Corée et Thaïlande) / acquisitions de taille moyenne ;

- Stratégie d'innovation par écosystème de partenariat et open source : partenariats avec 350 intégrateurs de systèmes et 300 fournisseurs d’applications, partenariats scientifiques et industriels, présence dans les plateformes collaboratives / Start-up Program, Marketplace, liens étroits avec les fabricants de composants ;

- Stratégie environnementale : objectifs zéro carbone net et zéro déchet en 2030 et recours à 100 % aux énergies renouvelables dès 2025 / refroidissement exclusif à base d’eau / numéro 1 du secteur pour l’utilisation de l’énergie (PUE) / revue environnementale des centres de données, souvent installés dans d’anciens bâtiments industriels ;

- Forces spécifiques : prix concurrentiel, performance technique, solutions open source et souveraineté des données via le positionnement « cloud de confiance » et modèle intégré limitant le risque de disruption logistique.

Défis

- Résultat de la plainte contre Amazon déposée auprès de la Commission européenne pour abus de position dominante avec le cloud Azure ;

- Issue de la plainte collective déposée par 140 clients d’OVH Cloud, pour dommages-intérêts après l’incendie du site de Strasbourg fin 2021 ;

- Confirmation de la forte croissance du cloud public, plus rentable que le cloud privé ;

- Guerre Russie-Ukraine : aucune prestation physique sur place (Russie, Ukraine et Biélorussie : 1,5 % des revenus) et absence de risque de recouvrement ;

- Impact inflation de l’énergie : aucune à court terme les coûts étant couverts jusqu’à mi-2023.

- Objectifs 2021-2022, rehaussés, d’une croissance de 15 à 17 % du chiffre d’affaires et de 11 % pour pour la marge opérationnelle, à + 40,1 %.

La guerre des talents a été encore renforcée par l’annonce de Facebook, qui compte réaliser 10.000 embauches d’ici cinq ans en Europe. Le manque de ressources humaines ne se limite ni à la France, ni à l’Europe : il est mondial. Ainsi 1,2 million d'ingénieurs informatiques devraient manquer en 2026 aux Etats-Unis. En France, selon Numeum, fédération du secteur du numérique, il manque environ 10.000 ingénieurs informatiques sur un total de 600.000 personnes employées par les éditeurs de logiciels et les entreprises de services numériques (SSII). Si le phénomène n’est pas nouveau, il s’intensifie. Il est renforcé à la fois par les embauches de certaines sociétés, à la recherche de développeurs pour internaliser leurs projets numériques essentiels, et par les fortes ambitions de certaines start-up.

Valeurs associées

Euronext Paris -2.30%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 30/06/2022 à 08:17:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.