Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

A suivre aujourd'hui... Groupe Gorgé
information fournie par AOF17/09/2021 à 08:05

(AOF) - Groupe Gorgé a généré en 2021 son meilleur résultat opérationnel du premier semestre. Cette performance, qui aurait pu se matérialiser en 2020 sans l'impact de la crise sanitaire, est le premier résultat d'une stratégie d'innovation initiée il y a plusieurs années et visant à améliorer les marges du groupe. Le résultat net au premier semestre 2021 a atteint 0,3 million, contre une perte de 10 millions au premier semestre 2020. L'Ebitda est ressorti à 16 millions, en hausse de 125%, faisant ressortir une marge de 11,8% en hausse de 5,2 points.

Groupe Gorgé réalise un chiffre d'affaires de 135 millions, en croissance de 30% à périmètre comparable. Cette progression est portée par une bonne dynamique dans les 3 pôles avec plusieurs moteurs de croissance.

Le groupe évoque la hausse des revenus générés par le pôle Drones & Systèmes, particulièrement dynamique à +36%, ; l'accélération de la croissance en Impression 3D portée par la reprise (+27%), et enfin, la bonne tenue des activités du pôle Ingénierie & Systèmes de Protection (+25% de croissance organique).

Groupe Gorgé a relevé sa prévision pour l'année 2021, se donnant un objectif de croissance du chiffre d'affaires supérieur à 15% à périmètre comparable (contre " proche de 15% " précédemment), soit plus de 265 millions. Le niveau de profitabilité devrait se maintenir sur le reste de l'année.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Un mouvement de consolidation devrait se produire

Selon une étude réalisée par le cabinet Roland Berger et la banque Lazard auprès de 600 entreprises du monde entier, les équipementiers automobiles ont lourdement pâti de la chute du marché automobile sur les six premiers mois : leur marge d'exploitation (Ebit), a chuté à 1,7% (contre 5,1% l'an dernier). Leur endettement s’est alourdi, dépassant, le plus souvent, trois fois leur Ebitda. D’après l’étude, suite à des ventes de véhicules légers neufs qui ne devraient pas dépasser 72 millions en 2020 sur le plan mondial (- 20% sur un an), les revenus des sous-traitants chuteront de 15 % à 20 %. Dans ce contexte fortement dégradé, le nombre d'opérations de fusions-acquisitions, qui devrait une nouvelle fois baisser en 2020, devrait rebondir l’an prochain. Sur un secteur, en pleine transformation, toutes les entreprises n’auront pas, en effet, les moyens d’adapter leur appareil de production à l'électrification des motorisations par exemple.

Optimisme pour le secteur

Les ventes sur trois mois (de septembre à novembre) ont augmenté de 8,3% au niveau mondial par rapport aux trois mois précédents (de juin à août). En Europe, la progression est même supérieure (de 13,8%).

En dépit de la pandémie et d'autres facteurs macroéconomiques, les experts prédisent en 2020 des ventes annuelles bien supérieures à celles de 2019.

Sur ce secteur en croissance, l’Europe cherche à renforcer ses positions. Elle ne détient que 10% du marché mondial, évalué à 440 milliards d'euros. Par ailleurs elle est de plus en plus dépendante d'importations en provenance des États-Unis ou de pays asiatiques. Treize Etats de l'Union européenne, dont la France, l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, la Belgique et les Pays-Bas, se sont récemment alliés pour investir en commun et ainsi renforcer la capacité de l'Europe à développer les processeurs et semi-conducteurs de prochaine génération.

Biens d'équipement

Après quatre années de forte croissance, portée en particulier par l'aéronautique, l'automobile et la mécanique, les achats de machines-outils en France ont légèrement baissé en 2018 selon l'étude de marché annuelle du Symop, le syndicat professionnel du secteur. Les ventes ont atteint 1,632 milliards d'euros en France, en baisse de 0,6% par rapport à 2017. Face à ce ralentissement, les producteurs français ont mieux résisté que leurs voisins européens, notamment allemands et italiens. Leur positionnement sur des marchés de niche, plutôt haut de gamme, leur est donc profitable. Avec 739 millions d'euros de machines produites en 2018 ils constituent seulement 3% de la production européenne. Les commandes ont très légèrement progressé (+0,9%).

Le Symop table sur une progression limitée à 2% du marché des machines-outils en 2109 en raison de la conjoncture internationale, marquée par le Brexit et la guerre commerciale sino-américaine.

Valeurs associées

Euronext Paris +0.89%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 17/09/2021 à 08:05:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.