Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

A suivre aujourd'hui... CGG
information fournie par AOF20/10/2021 à 08:08

(AOF) - CGG a signé un accord multi-clients entre Staatsolie, la société d'État en charge du développement des énergies en République du Suriname, et un consortium composé de CGG, TGS et BGP. Cet accord permet au consortium d'acquérir, de promouvoir et de vendre sous forme de licences des programmes sismiques multi-clients dans la zone de faible profondeur au large du Suriname, y compris de nouvelles acquisitions 3D et le retraitement des données anciennes.

L'offshore peu profond du Suriname comprend trois blocs récemment attribués et une zone qui sera mise aux enchères en 2023. Les nouvelles données sismiques des programmes multi-clients du consortium seront déterminantes pour délimiter, en relation avec les récentes découvertes annoncées sur le prolifique bloc 58, la prospectivité et le potentiel de cette zone sous-explorée, écrit CGG dans son communiqué.

Des études d'acquisition de nouvelles données sismiques 3D dans la zone offshore peu profonde sont d'ores et déjà prévues à partir du quatrième trimestre 2021 et les premiers résultats seront disponibles au cours du premier semestre 2022.

Sophie Zurquiyah, directeur général de CGG, a déclaré : " Nous sommes fiers d'apporter notre expertise multi-clients et notre technologie d'imagerie haut de gamme à ce nouveau programme majeur qui marque le retour de CGG dans le bassin Guyane-Suriname après notre campagne réussie dans le bloc de Stabroek. Les données exceptionnelles attendues apporteront de nouvelles perspectives et permettront d'évaluer le potentiel d'extension des récentes découvertes dans les eaux peu profondes du Suriname. "

AOF - EN SAVOIR PLUS

Atteindre la neutralité carbone

En 2021 les compagnies pétrolières consacreront 4% de leurs dépenses aux énergies décarbonées, contre seulement 1% en 2020. Ces investissements restent néanmoins largement insuffisants pour lutter contre le changement climatique, prévient l'Agence internationale de l'énergie. Ils demeurent très inégaux selon les acteurs. Total va investir 3 milliards de dollars dans les énergies décarbonées et la génération d'électricité cette année, soit plus de 20% de ses dépenses. Le groupe prévoit une proportion d'au moins 15% en moyenne d'ici à 2025. Cette part est bien moindre pour les américains Exxon et Chevron ou pour les compagnies nationales des pays producteurs comme le saoudien Aramco, le russe Gazprom ou le brésilien Petrobras. Quant à Shell, la justice néerlandaise l'a récemment condamné à réduire ses émissions de 45% d'ici à 2030.

Valeurs associées

CGG
Euronext Paris +1.00%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 20/10/2021 à 08:08:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.