Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

A suivre aujourd'hui... ArcelorMittal
information fournie par AOF12/11/2021 à 08:08

(AOF) - Premier du CAC 40 jeudi, ArcelorMittal (+4,9% à 24,48 euros) a publié un bénéfice net au troisième trimestre 2021 de 4,6 milliards de dollars, en hausse de 15% en séquentiel, soit son plus haut niveau depuis 2008. Le métallurgiste avait enregistré une perte de 261 millions il y a un an. Son EBITDA est lui aussi à un niveau record depuis plus de 10 ans puisque sa croissance de près de 20% par rapport au second trimestre lui permet de s'établit à 6,1 milliards de dollars. Le bénéfice opérationnel a été multiplié par plus de 7,4 en un an et les ventes ont bondi de 153% à 20,23 milliards.

Cette amélioration des résultats d'exploitation a été permise par l'évolution positive des marges sur l'acier faisant plus que compenser la baisse de 8,4 % des expéditions d'acier (par rapport au deuxième trimestre 2021) due à une demande plus faible (en particulier les annulations de commandes dans le secteur automobile), à des contraintes de production et des retards de livraison de commandes qui devraient s'inverser au quatrième trimestre 2021.

ArcelorMittal s'attend à ce que la consommation apparente d'acier dans le monde hors Chine progresse dans la fourchette de +12% à +13%.

AOF - EN SAVOIR PLUS

=/ Points-clés /=

- Aciériste 1 er mondial par la taille de son portefeuille, des mines de fer aux usines de transformation né de la fusion en 2007 du français Arcelor et de l’indien Mittal Steel ;

- Chiffre d’affaires de 53,3 Mds ;

- Activité répartie en 5 segments, les aciers plats pour 62 %, les aciers longs pour 19 %, les tubes pour 2 % et les mines et autres produits ;

- Modèle d’affaires capitalisant sur les 4 forces du groupe : une structure décentralisée, une gestion active du portefeuille, la solidité financière et l’intégration de la chaîne de valeur minière (des approvisionnements aux produits finaux);

- Capital contrôlé à hauteur de 37,41% par la famille Mittal, Aditya Mittal, fils du fondateur prenant la direction du groupe, Lakshmi Mittal conservant la présidence du conseil de 9 membres ;

- Situation financière solide avec une dette nette ramenée à 6,4 Mds$ de dette nette face à 11,2 Mds$ de liquidités.

=/ Enjeux /=

- Stratégie de croissance focalisée sur les marchés émergents –projets au Mexique, Brésil et Liberia- assortie de réduction structurelle des coûts, de 1 Md$ d’ici la fin 2022 ;

- Stratégie d’innovation appuyée sur 12 centres de R&D et 245 M$ de financements:

- axée sur 6 objectifs, le maintien de la compétitivité, une offre d’aciers de niches (hors transports), la capitalisation de la plateforme Steligence ou S-in Motion pour le marché automobile, la standardisation des process industriels, le déploiement de la digitalisation via les plateformes Arthur et Dahiell et la croissance externe dans l’économie digitale,

- au service de la protection de l’environnement : expertise dans l’analyse du cycle des produits ou LCA, réduction des émissions de carbone par les sites industriels (electrolyse froide, partenariats –Institut Bauen und Umwell, SOVAMAT, CIRAIG…,

- initiative SI ouverte aux chercheurs sur le développement durable ;

- Stratégie environnementale volontariste menée au plus haut par le comité ARGGS:

- réduction de 25 % des émissions carbone -35 % en Europe- d’ici 2030, via 10 Mds€ d’investissements, et neutralité totale en Europe en 2050 via le programme Xcarb d’offr d’acier vert,

- déploiement du standard « Responsible Steel » sur les sites industriels et miniers ;

- Avancées des projets industriels de décarbonation -solution Carbalyst en Belgique, optimisation de l’hydrogène en Allemagne, production par hydrogène de 120 000 tonnes d’acier vert en 2020.

=/ Défis /=

- Impact de la pandémie : hausse de 38 % des ventes et retour à la rentabilité nette, de 6,3 Mds€ au 1 er semestre ;

- Anticipation 2021, rehaussée : demande d’acier en hausse de 7,5 à 8,5 % et investissements de 3,2 Mds€ ;

- Retour du dividende, de 0,30 € au titre de 2020 et programme de rachat d’actions de 2,2 Mds€.

Les métaux engagés dans un " supercycle "

Plusieurs experts emploient ce terme pour évoquer la progression des cours dans les années à venir. Le cuivre et l'aluminium, qui ont un rôle central dans les politiques de décarbonation, présentent des besoins d'investissements importants. La production de cuivre devrait baisser en 2023 si de nouvelles mines ne sont pas explorées.

Atteindre les objectifs de l'accord de Paris sur le climat entraînera une multiplication par six de la demande de minerais d'ici à 2040. Or l'Agence internationale de l'énergie (AIE) estime que l'offre limitée de minerais critiques tels que le lithium ou le nickel menace la transition énergétique. Le délai d'investissement est long car plus de seize années en moyenne sont nécessaires entre la découverte et la première production d'un projet minier.

Valeurs associées

Tradegate -8.75%
Euronext Amsterdam -7.33%
LSE -100.00%
XETRA -7.16%
Swiss EBS Stocks 0.00%
LSE Intl -9.26%
OTCBB -6.50%
Sibe -7.10%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 12/11/2021 à 08:08:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.