Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

A suivre aujourd'hui... Accor
information fournie par AOF22/06/2022 à 07:27

(AOF) - Accor est entré en négociations exclusives pour céder une participation de 10,8% dans Ennismore (hôtellerie lifestyle) à un consortium qatari pour un montant total de 185 millions d'euros, incluant 20 millions d'euros de financement conforme à la Charia apportés par Qatar First Bank LLC au véhicule d’investissement du consortium qatari. La transaction envisagée reflète un multiple de valorisation valeur d’entreprise sur Ebitda implicite de 18 fois pour 2023 pour le groupe Ennismore combiné.

Cette transaction est en effet réalisée sur la base d'une valeur d'entreprise de Ennismore de plus de 2 milliards d'euros.

A l'issue de la transaction, Accor conservera une participation majoritaire de 62,2% dans Ennismore, les actions restantes étant détenues par Sharan Pasricha, fondateur et co-Directeur général de Ennismore, et les nouveaux investisseurs entrants.

La finalisation de l'opération devrait avoir lieu au cours du second semestre 2022 et est soumise au processus de consultation des employés, aux autorisations réglementaires habituelles et aux conditions de finalisation.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- Premier opérateur hôtelier mondial, créé en 1967, avec plus de 40 % du marché (hors France, 1/3 du marché), leader en Asie-Pacifique, Moyen-Orient-Afrique et Amérique latine ;

- Parc hôtelier de 5 300 hôtels, soit 769 000 chambres dans 100 pays, du luxe pour 26 % des revenus sous les marques Fairmont, Pullman, Raffles, Sofitel …) au milieu de gamme (34 %) et économique Adagio, Ibis, Mercure, Novotel…;

- Activité de 2,2 Mds€ équilibrée au niveau mondial et répartie en deux grands pôles, HôtelServices pour les hôtels détenus détenus en franchise ou par le management (72 %) et HôtelAssets pour ceux détenus en propre ainsi que la diversification dans la conciergerie, la location de résidence de luxe ou les services digitaux pour hôteliers… ;

- Modèle économique fondé sur la diminution des besoins en fonds propres par l’« asset light » - vente des murs et contrôle de la gestion, par la fidélisation et l’optimisation du modèle ;

- Capital caractérisé par la présence des opérateurs hôteliers chinois Jin Jiang et Huazhu (13 % et 6,2 % chacun), du fonds qatari QiA (11,3 %) et de l’anglais Kingdom Hotels (9,21 %), les fondateurs conservant 1,43 % du capital, avec un conseil d’administration de 12 membres présidé par le directeur général Sébastien Bazin ;

- Structure financière maîtrisée avec 4 Mds€ de liquidités face à 1,8 Md€ de dette nette.

Enjeux

- Stratégie RESET d’économies de coûts récurrentes -200 M€ par an;

- Stratégie d’innovation au service de l’hospitalité augmentée ALL-Accor Live Limitless avec une plateforme unique concentrant les offres du groupe, exploitant les données personnelles et commerciales pour fidéliser la clientèle ;

- Stratégie environnementale « Planet 21 » : recul des consommations d’énergie, plan carbone action pour le quart des hôtels AccorInvest, vers une élimination des plastiques à usage unique, audit du 1/3 des fournisseurs, lancement du 1 er « emprunt vert »

- Retombées du partenariat stratégique avec le chinois Huazhu Hotels Group, visant à renforcer les marques Ibis, Mercure et Novotel en Chine, Taïwan et Mongolie ;

- Pipeline accru à 1220 hôtels ;

- Accélération de la diversification dans le « lifestyle », avec l’acquisition à 66,7 % de Ennismore, financée par Accor Acquisition Cy.

Défis

- Poursuite de la remontée du RevPar (indicateur de l’activité hôtelière), encore en repli de 49 % en 2021 vs 2019, soit 42,3 %, le retour aux niveaux d’avant crise étant attendu pour 2024 ;

- Forte exposition à l'Europe qui contribue à près de 40 % du bénéfice d’exploitation ;

- Objectifs 2022 : accélération du retour à la rentabilité initié en 2021 set restauration du profil de crédit pré-Covid ;

- Absence de dividende, son service étant soumis au retour à un autofinancement libre positif.

Les petits parcs d’attraction à la peine

Chiffre d’affaires en recul, investissements à réaliser : ces acteurs ne sortent pas la tête de l’eau. Ces parcs, qui accueillent 100.000 à 350.000 visiteurs par an, ont dû réduire leurs investissements suite à la crise sanitaire. Or chaque année ils investissent entre 10% et 20% de leur chiffre d’affaires pour créer de la nouveauté et attirer une nouvelle clientèle venue d’un peu plus loin et la fidéliser. Nombre de ces acteurs, qui se sont endettés pour faire face à la crise, devront bientôt devoir rembourser leurs prêts garantis par l’État (PGE). À l’issue de la première année, les entreprises peuvent décider de rembourser immédiatement leur PGE, l'amortir sur 1 à 5 ans supplémentaires, ou mixer ces deux solutions. Face à un délai qu’il juge insuffisant, le Syndicat national des espaces de loisir d'attractions et culturels (Snelac) demande que le PGE soit transformé en aide à l’investissement pour le secteur ou qu’il soit allongé à 15 ans.

Valeurs associées

Euronext Paris -2.76%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 22/06/2022 à 07:27:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.