Les Bourses en Europe profitent d'une fragile accalmie

LES BOURSES EUROPÉENNES TERMINENT DANS LE VERT

par Patrick Vignal

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé mercredi dans le vert à la faveur d'une accalmie précaire sur le front des tensions entre les Etats-Unis et leurs principaux partenaires commerciaux.

À Paris, le CAC 40 a pris 0,92% à 5.332,13 points. Le Footsie britannique a gagné 0,55% et le Dax allemand a progressé de 0,52%.

L'indice EuroStoxx 50 a avancé de 0,45%, le FTSEurofirst 300 de 0,46% et le Stoxx 600 de 0,47%.

Les frictions commerciales demeurent la préoccupation première des investisseurs mais les marchés profitent d'un espoir d'avancée après un article du Wall Street Journal selon lequel les États-Unis ont proposé à la Chine de tenir une nouvelle série de négociations commerciales bilatérales dans un proche avenir.

La situation reste cependant tendue après la demande soumise par Pékin à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) dans le but d'imposer aux Etats-Unis des sanctions d'un montant global de sept milliards de dollars (six milliards d'euros).

Autre élément positif sur ce dossier du commerce : selon deux sources proches des autorités d'Ottawa, le Canada est disposé à offrir aux Etats-Unis un accès limité à son marché des produits laitiers.

VALEURS

En Bourse en Europe, la trêve commerciale a favorisé un bond de l'indice Stoxx des ressources de base (+1,32%).

A la baisse, l'indice des services aux collectivités (-1,39%) a souffert de l'avertissement lancé par le britannique SSE (-8,28%) sur son bénéfice au premier semestre en raison de la sécheresse, de la chaleur persistante et de la hausse des prix du gaz.

A noter encore, le repli de près de 4% et la plus forte baisse du CAC pour STMicroelectronics, qui a pu souffrir de la dégradation par Goldman Sachs de son conseil sur l'américain Micron, en baisse de plus de 5% à New York.

A Paris, Hermès International a pris 3,93%, la plus forte hausse du CAC 40, après ses résultats semestriels, marqués par une marge record.

Parmi les autres hausses marquantes du jour figure Fiat Chrysler, dont l'action cotée à Milan a pris 4,40% après des informations de Bloomberg selon lesquelles le groupe espère retirer plus de sept milliards de dollars de la vente de Magneti Marelli à KKR.

A WALL STREET

Le Dow Jones progresse et le S&P-500 bouge à peine mais le Nasdaq perd 0,69%, pénalisé par Twitter, Facebook, Apple et d'autres géants de la technologie après l'annonce de leur convocation le 26 septembre prochain par une commission sénatoriale pour une audition sur la protection des données.

Twitter perd 4,53%, Facebook recule de 2,12% et Apple lâche 1,16% avant la présentation de nouveaux produits (17h00 GMT).

A la hausse, Citigroup prend 2,06% après relevé ses objectifs en matière de rendement des capitaux propres et d'économies de coûts, à la faveur notamment de la réforme fiscale voulue par l'administration Trump.

LES INDICATEURS DU JOUR

Les prix à la production aux Etats-Unis ont accusé une baisse inattendue en août, leur première diminution depuis 18 mois, le recul des prix alimentaires et de bon nombre de services commerciaux ayant contrebalancé un renchérissement de l'énergie.

L'indice des prix à la production (PPI) a diminué de 0,1% le mois dernier après être resté inchangé en juillet, a annoncé mercredi le département du Travail. Il s'agit de sa première baisse depuis février 2017.

Les investisseurs attendent à 18h00 GMT la publication du Livre beige de la Réserve fédérale sur l'état de la conjoncture économique aux Etats-Unis.

CHANGES

Les chiffres des prix à la production ont pesé sur le dollar, qui perd 0,4% face à un panier de devises de référence, permettant à l'euro de repasser 1,16 dollar, à la veille de la réunion monétaire de la Banque centrale européenne (BCE).

TAUX

L'indicateur américain du jour a également eu une incidence sur les rendements des emprunts d'Etat américains, le taux du 10 ans reculant de deux points de base, sous 2,96%.

PÉTROLE

Les cours du pétrole montent nettement après l'annonce d'une baisse plus forte que prévu des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine dernière. Le baril de brut léger américain prend plus de 2% pour se rapprocher de 71 dollars et le Brent de mer du Nord prend plus de 1%, juste en dessous de 80 dollars.

(Édité par Véronique Tison)

L'article sur boursorama.com
© 2018 Thomson Reuters. All rights reserved. Reuters content is the intellectual property of Thomson Reuters or its third party content providers. Any copying, republication or redistribution of Reuters content, including by framing or similar means, is expressly prohibited without the prior written consent of Thomson Reuters. Thomson Reuters shall not be liable for any errors or delays in content, or for any actions taken in reliance thereon. "Reuters" and the Reuters Logo are trademarks of Thomson Reuters and its affiliated companies.