Policier frappé à Aulnay-sous-Bois: cinq individus mis en examen

Les syndicats policiers, qui demandent des mesures face au "sentiment d'impunité" de leurs agresseurs, seront reçus le 10 janvier par le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb ( AFP/Archives / LOIC VENANCE )

Cinq jeunes gens ont été mis en examen et certains incarcérés après l'agression le 1er janvier d'un policier qui voulait contrôler un scooter suspect à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), a annoncé jeudi le parquet de Bobigny à l'AFP.

Parmi les cinq jeunes, âgés de 14 à 24 ans, deux majeurs ont été mis en examen pour "violences sur personne dépositaire de l'autorité publique en réunion".

Trois d'entre eux ont été incarcérés et un quatrième a été placé sous contrôle judiciaire pour "refus de se soumettre à la prise d'empreintes".

Enfin, le mineur, mis en examen pour "rébellion et provocation directe à la rébellion", a été placé sous liberté surveillée.

Les quatre majeurs devaient initialement être jugés en comparution immédiate jeudi à Bobigny, mais le parquet a finalement décidé d'ouvrir une information judiciaire, pour mener "des investigations supplémentaires".

Les faits se sont produits lundi peu avant 18H00, dans la cité des 3.000 d'Aulnay-sous-Bois. Ce soir-là, la brigade anticriminalité (BAC) repère un homme à scooter, soupçonné de participer à un trafic de stupéfiants, a relaté une source policière. Le suspect prend la fuite avant d'être rattrapé par un policier. Des jeunes, arrivés en renfort, frappent alors à coups de pied le fonctionnaire, selon cette source.

L'un d'eux a "sauté sur sa tête à pieds joints", d'après des sources policières. Un autre agent a tiré en l'air avec son arme de service.

Le fonctionnaire, qui souffre de contusions à la tête et d'une entorse au poignet, s'est vu prescrire huit jours d'incapacité totale de travail (ITT).

Par ailleurs, une vidéo amateur de quelques secondes a été postée sur les réseaux sociaux après le contrôle. Cette vidéo "tronquée", semble correspondre à la fin de l'interpellation, a dit une source proche de l'enquête. On y voit un jeune, au sol, casqué, frappé à coups de poing par un homme en civil, qui brandit ensuite une arme.

Une scène expliquée par les policiers qui "indiquent que l'un d'eux, menacé par le groupe, a frappé le jeune qu'il tenait au sol avec son arme, car il tentait de le frapper", a ajouté cette source. Le jeune ne s'est vu prescrire aucun jour d'ITT.

Cette affaire intervient alors que deux policiers ont été violemment agressés dans la nuit du Nouvel An à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne).

Les syndicats policiers, qui demandent des mesures face au "sentiment d'impunité" de leurs agresseurs, seront reçus le 10 janvier par le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

L'article sur boursorama.com
Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.