1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Retour au sujet Politique

Politique : Changer le climat, je n'y crois pas!

ingesoft
20 sept. 201921:40

Affronter, prévenir et réparer les dégâts causés par les changements climatiques : oui!

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

23 réponses

  • Lesoive
    20 septembre 201922:09

    Les éruptions volcaniques modifient le climat en crachant de la fumée tu es d'accord avec ça ? , alors en quoi l'activité humaine serait elle différente sachant qu'on crame un baril de pétrole par jours haut de 76 000 km sans parler du reste .La consommation mondiale de pétrole a dépassé les 95 millions de barils par jour. Le baril, Autrement dit, notre civilisation "boit" chaque jour plus de 15 milliards de litres de cette énergie fossile.

    Signaler un abus

  • Lesoive
    20 septembre 201922:19

    Plus de la moitié de ce pétrole est brûlé dans les moteurs des véhicules: voitures, camions, bateaux, trains et avions. Un dixième environ se consume dans des usines thermiques qui produisent de l'électricité. Un vingtième part en fumée dans les chauffages. On en utilise aussi pour extraire le pétrole du sol, le transporter, puis le raffiner en divers combustibles, carburants, matières premières et revêtements de route. On s'en sert enfin pour faire tourner des usines, dont beaucoup utilisent des produits pétroliers pour les transformer en toutes sortes d'objets, de matériaux et de produits chimiques: emballages, pièces pour l'automobile, matériaux de construction, meubles, matériel électronique, fibres textiles, peintures, solvants, produits phytosanitaires, cosmétiques... La plupart de ces produits finissent en décharge ou à l'incinération, polluant en fin de compte l'air, le sol et les eaux.

    Ces chiffres sont à méditer, surtout si on doute encore que les activités humaines puissent avoir une influence sur l'atmosphère de notre planète. L'épaisseur de cette atmosphère est d'ailleurs bien mince: l'oxygène commence à manquer lorsqu'on est sur le Mont-Everest, à moins de 9 kilomètres d'altitude, soit 71'991 km plus bas que le dernier baril de notre colonne de pétrole quotidien...

    Signaler un abus

  • havetunn
    20 septembre 201922:33

    Alors il suffit de changer le diamètre standard des barils.

    Et hop, le tour est joué !

    Qui c'est le plus fort ?

    ;-)))

    Signaler un abus

  • Lesoive
    20 septembre 201922:44

    je crois que vous réalisez pas bien les chiffres et les volumes de l'énergie dégagée ,énergie qui ne se perd jamais

    Signaler un abus

  • havetunn
    20 septembre 201922:52

    Ma première idée était de faire le calcul du volume de 76000 km pour 95 millions de barils.

    Histoire de voir quel diamètre de baril a été retenu pour estimer la hauteur, et apprécier le réalisme de la représentation.

    Puis j'ai choisi de ne pas me prendre la tête ...

    Mais je ne serais pas surpris que la vérification des chiffres soit instructive.

    Signaler un abus

  • havetunn
    20 septembre 201922:56

    Ceci dit, je ne sous estime pas la réalité du problème.

    Je ne m'interroge que sur son ampleur, ses causes, et les moyens efficaces de lutter contre.

    Bien préciser aussi si on parle de climat, de pollution, ou des deux.

    Signaler un abus

  • Lesoive
    20 septembre 201923:00

    Faites bruler un litre d essence par terre ,puis imaginez 15 milliards si vous pouvez, et recommencez le lendemain

    Signaler un abus

  • Lesoive
    20 septembre 201923:09

    QUESTION : Quelle est la quantité d'énergie contenue dans un litre de carburant?

    REPONSE : La quantité d'énergie contenue dans un litre de carburant ( essence ou diesel ) est environ de 10 kWh.

    EXPLICATIONS : Ceci correspond à la puissance thermique restituée par un chauffage électrique de 1000W qui tournerait à pleine puissance pendant...10 h !

    Signaler un abus

  • ominium
    20 septembre 201923:15

    25 ans que j'entends parler d'écologie( et du trop plein d'immigrés);
    et pourtant le seul truc qui a fait avancerun peu le schmilblick ce fut le baril à 150 $

    Signaler un abus

  • Lesoive
    20 septembre 201923:16

    15 milliards de chauffages qui tournent pleins pots tous les jours , quelque chose me dit que ca va faire très très mal a l'arrivé

    Signaler un abus

  • HoIIande
    20 septembre 201923:27

    Faut taxer les chauffages et les immig heu, non, pas les immigrés.

    Signaler un abus

  • Lesoive
    20 septembre 201923:28

    C'est donc une quantité d'énergie relativement importante 1 litre d essence , mais elle ne permet de réaliser que quelques km avec nos voitures, un peu plus de 16,6 km et encore si notre voiture ne consomme que 6L/100 km.

    Signaler un abus

  • Lesoive
    20 septembre 201923:33

    Donc en résumè , pas besoin d'avoir fait le MIT pour comprendre que l avenir du vivant sous la forme que nous lui connaissons depuis que la terre est terre est déjà écrit .

    Signaler un abus

  • Lesoive
    20 septembre 201923:51

    Pourquoi croyez vous qu'ils se sont fixé zéro émission a très cours terme, chose impossible a réaliser pour notre civilisation , l expédition qui part ce soir en arctique ne va pas chercher de l'or ou du pétrole ,elle va essayer de calculé le temps qu il nous reste a vivre sur la pacha mama avec les nouvelles données climatiques.Les dinosaures 165 millions d 'années, et ils auraient pu duré le double ou le triple sans l 'accident ,nous en 20 000 ans ce sera plié ,et tout seul comme des grands

    Signaler un abus

  • Lesoive
    21 septembre 201900:00

    Il suffit de regarder la vitesse de disparition de la bio masse pour comprendre que le pire reste a venir , quand les hirondelles ont disparues je n ai rien dit je ne suis pas une hirondelle quant les ...................... on sait déjà comment ça fini l'histoire

    Signaler un abus

  • Lesoive
    21 septembre 201900:07

    Parmi les animaux, un résultat notable est la biomasse de l'espèce humaine, dix fois supérieure à celle de l'ensemble des Mammifères sauvages (5 500 espèces connues) !
    L'impact de l'homme sur la biosphère se voit également au niveau des espèces domestiquées : les bovins, ovins et porcins représentent une biomasse 14 fois plus importante que celle des Mammifères sauvages ; les oiseaux d'élevage représentent une biomasse presque 3 fois plus importante que les oiseaux sauvages.

    En s'appuyant sur des études estimant la biomasse passée, les auteurs indiquent que l'expansion de l'espèce humaine a modifié profondément la répartition de la biomasse. L'homme serait ainsi responsable de la disparition de la moitié de la biomasse des plantes terrestres.

    Signaler un abus

  • havetunn
    21 septembre 201900:31

    Je te soutiens sur le fond Lesoive.

    Ce sont nos politiques qui ont décrédibilisé l'écologie, et qui portent une responsabilité énorme.

    Ils nous ont tellement menti, ont tellement profité du système, sont tellement à la solde des menteurs du moment, qu'il sera très difficile de fédérer, surtout avec une bonne part d'arguments bidons ... qui empêchent de voir les vrais.

    Signaler un abus

  • ingesoft
    21 septembre 201922:00

    je m'intéresse actuellement aux volcans sous-marins : 1 500 000. Mille fois plus nombreux que les volcans terrestres actifs. Je pense qu'eux aussi participe au réchauffement des mers et des océans.

    Signaler un abus

  • ingesoft
    21 septembre 201922:05

    Je veux pouvoir respirer de l'air pur et boire de l'eau propre. Sauver la planète, très peu pour moi!

    Signaler un abus

  • to_tophe
    21 septembre 201922:32

    "
    ingesoft
    22:05
    Je veux pouvoir respirer de l'air pur et boire de l'eau propre"

    de l'air, de l'eau, mais il est ok pour manger des produits frelatés
    c'est la droite décomplexée

    Signaler un abus

  • mleblon1
    22 septembre 201901:44

    ". L'homme serait ainsi responsable de la disparition de la moitié de la biomasse des plantes terrestres."
    ah oui et en peu de temps, encore un effort rt il n'y a plus une herbe ......non mais franchement ,tu y crois à toutes ces c..;ries

    Signaler un abus

  • bear
    22 septembre 201906:46

    Et tout cela pour rembourser une dette.

    Signaler un abus

  • Lesoive
    22 septembre 201915:24

    L'énergie qui ne se perd jamais la preuve,L'impact de l'être humain sur la planète est connu, admis, et doit être maîtrisé. Il ne fait plus aucun doute que notre activité influe autant sur les écosystèmes que sur les courants dynamiques qui animent la planète, à tel point que les scientifiques ont tiré la sonnette d'alarme en nous déclarant entrés dans l'ère de l'Anthropocène. Mais en 2017, la NASA a découvert que l'influence de l'Homme s'étendait plus loin encore, par-delà l'atmosphère, jusque dans l'espace.Une étrange barrière autour de la Terre
    L'information ne manque pas de surprendre lorsqu'on l'entend pour la première fois : l'Homme est parvenu à créer une barrière artificielle autour de la Terre, à son propre insu. En 2012, la NASA lance deux sondes spatiales destinées à travailler en collaboration lors de leur trajectoire au cœur des ceintures de Van Allen. Ces ceintures de radiations forment une zone toroïdale (en forme de donut) chargée en particules énergétiques dont la rencontre avec la haute atmosphère donne naissance aux aurores polaires.
    L'année dernière, les sondes ont repéré un signal étrange au cours de leur voyage. Alors qu'elles mesuraient l'activité des particules énergétiques capturées par le champ magnétique terrestre, elles ont découvert que ces dangereuses décharges solaires étaient maintenues à distance par un champ d'ondes inconnu au bataillon.Les ondes à basse fréquence en cause
    En analysant ces résultats, les chercheurs ont trouvé que cette barrière avait repoussé les ceintures de Van Allen à distance de la Terre au cours des dernières décennies. Le responsable derrière cet éloignement : les ondes à basse fréquences, ou VLF (Very Low Frequency en anglais). Les recherches menées à la NASA ont confirmé que ces ondes, utilisées de plus en plus depuis les années 60, peuvent influencer la façon dont les particules se meuvent dans l'espace.
    « De nombreuses expériences et observations ont permis de confirmer que, dans certaines circonstances, les signaux des communications radio dans les VLF peuvent affecter les propriétés des radiations hautement énergétiques dans l'environnement autour de la Terre », expose Phil Erickson dans l'étude qu'il a menée avec son équipe.
    Ces ondes sont régulièrement utilisées dans les domaines des sciences, de l'ingénierie et du militaire. Situées entre 3 et 30 kHz, elles servent principalement à transmettre des messages codés sur de longues distances et sont particulièrement utiles dans les communications sous-marines, du fait de leur habileté à traverser les profondeurs océaniques sans être corrompues.Une bulle inintentionnelle
    Ce n'est qu'a posteriori que les ingénieurs de la NASA se sont aperçus que ces ondes avaient fui dans l'environnement entourant la Terre, finissant par former cette bulle inintentionnelle. Toutefois, contrairement à l'impact que nous pouvons avoir directement sur notre planète bleue, celui que nous avons sur l'espace, au travers de cette barrière, est - pour une fois - positif. En comprenant comment les VLF peuvent repousser les radiations cosmiques, nous serons alors en mesure de mieux protéger nos satellites.
    Malheureusement, sur d'autres fronts, l'impact de l'être humain dans l'espace reste dramatique. Depuis les explosions nucléaires qui ont créé des ceintures de radiations artificielles à proximité de la Terre, aux trop nombreux satellites qui entourent notre planète, nous avons encore beaucoup d'efforts à faire avant d'envisager de conquérir de nouveaux territoires extraterrestres.

    Signaler un abus

Retour au sujet Politique

23 réponses

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer