Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Zone euro: La croissance s'accélère au T2 mais la récession guette
information fournie par Reuters29/07/2022 à 12:42

ZONE EURO: LA CROISSANCE S'ACCÉLÈRE AU T2 MAIS LA RÉCESSION GUETTE

ZONE EURO: LA CROISSANCE S'ACCÉLÈRE AU T2 MAIS LA RÉCESSION GUETTE

BRUXELLES (Reuters) - L'économie de la zone euro a progressé à un rythme plus élevé qu'attendu au deuxième trimestre, montre la première estimation du produit intérieur brut (PIB) publiée vendredi par Eurostat, la croissance plus soutenue enregistrée en France, en Italie et en Espagne ayant compensé la stagnation de l'économie allemande.

Mais les économistes estiment qu'il pourrait s'agir du dernier sursaut de l'économie avant que l'inflation - qui ne cesse d'établir de nouveaux plus haut - et les problèmes de chaîne d'approvisionnement ne provoquent une légère récession au second semestre.

Le PIB des 19 pays ayant adopté la monnaie unique a progressé de 0,7% par rapport aux trois mois précédents et de 4,0% sur un an en données corrigées des variations saisonnières.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une croissance de 0,2% d'un trimestre sur l'autre et de 3,4% en rythme annuel.

"L'accélération de la croissance est principalement due aux effets de la reprise post-COVID et masque la faiblesse sous-jacente liée à l'inflation et aux problèmes dans les usines", a déclaré Bert Colijn, économiste chez ING.

"Nous nous attendons à ce que le PIB poursuive une tendance à la baisse car l'effet du rebond de l'activité dans les services s'atténue, la demande mondiale se tasse et la pression sur le pouvoir d'achat subsiste. Nous pensons qu'il en résultera une légère récession à partir du second semestre 2022", a-t-il ajouté.

L'économie allemande a stagné au deuxième trimestre, selon les données de Destatis, qui évoque dans un communiqué les effets de la pandémie de COVID-19, les perturbations des chaînes d'approvisionnement et la guerre en Ukraine.

Pour certains observateurs, cette stagnation fait presque office de bonne nouvelle alors que les conditions semblent réunies pour une entrée en récession avec les incertitudes liées à l'approvisionnement en énergie.

La mauvaise performance de la première économie d'Europe a été contrebalancée par le rebond plus marqué qu'attendu de la croissance de l'économie française, la contribution positive du commerce extérieur compensant l'atonie de la demande intérieure pour aboutir à une progression de 0,5% du produit intérieur brut (PIB).

L'Italie a également enregistré une croissance plus forte que prévu sur la période avril-juin, à 1,0% contre +0,3% attendu par le consensus Reuters, et l'Espagne a vu son PIB progresser de 1,1% alors que les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur +0,4% seulement.

La bonne performance du bloc monétaire dans son ensemble au deuxième trimestre, combinée à l'inflation galopante, accroît la probabilité que la Banque centrale européenne relève à nouveau ses taux d'intérêt d'un demi-point de base en septembre, plutôt que d'opter pour une hausse plus limitée.

"Comme l'inflation ne montre aucun signe de ralentissement à court terme et que les perspectives économiques ne dérapent pas encore, nous nous attendons à une nouvelle hausse de 50 points de base en septembre", a déclaré Nicola Nobile chez Oxford Economics.

Tableau

(Reportage Jan Strupczewski et Balazs Koranyi, version française par Laetitia Volga, édité par Kate Entringer)

0 commentaire