Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Zone euro-La croissance ralentit au T2, avant le Brexit

Reuters29/07/2016 à 14:32
 (Actualisé inflation, commentaires d'économistes, précisions 
sur le Brexit) 
    par Francesco Guarascio 
    BRUXELLES, 29 juillet (Reuters) - La croissance économique 
de la zone euro a marqué le pas  au deuxième trimestre sur fond 
d'incertitude avant le vote du 23 juin qui a vu les Britanniques 
opter pour la sortie de l'Union européenne, une évolution qui 
pourrait augurer une croissance atone selon des économistes.  
    Le produit intérieur brut (PIB) des 19 économies de la zone 
euro a progressé de 0,3% sur la période avril-juin par rapport 
aux trois mois précédents, a annoncé vendredi Eurostat, l'agence 
de la statistique de l'Union européenne.  
    Le chiffre, conforme aux attentes des économistes interrogés 
par Reuters, traduit une amputation de moitié de la croissance 
du bloc par rapport à sa hausse de 0,6% au premier trimestre, 
qui a été confirmée. 
    Ce ralentissement, qui était attendu après un début d'année 
très dynamique, pourrait avoir été exacerbé par le climat 
d'incertitude régnant avant le scrutin britannique. 
    Même si les premières enquêtes post-référendum n'ont pas mis 
en évidence d'érosion significative des niveaux de confiance, 
l'impact économique du Brexit pourrait commencer à être ressenti 
dans les prochains mois.      
    A la suite du scrutin, la Commission européenne et le FMI 
ont revu en baisse leurs prévisions de croissance à moyen terme 
pour la zone euro.     
    L'enquête trimestrielle de la Banque centrale européenne 
(BCE) auprès des prévisionnistes professionnels publiée vendredi 
dernier évoque également une croissance plus faible que prévu 
pour le bloc en 2017 et 2018.      
     
    SIGNE AVANT-COUREUR ? 
    "Le troisième trimestre a commencé sur de bonnes bases mais 
il est probablement trop tôt pour commencer à négliger l'impact 
négatif potentiel du Brexit sur la croissance de la zone euro", 
a déclaré Peter Vanden Houte, économiste chez ING Bank. 
    Au delà du Brexit, le fléchissement du commerce 
international sur fond de ralentissement des émergents et 
l'affaiblissement des facteurs porteurs avec la remontée des 
cours des matières premières et l'affaiblissement de l'euro, 
pourraient encore accentuer le freinage de l'économie de la zone 
euro dans les prochains mois. 
    "Nous pensons que ce ralentissement de la croissance est un 
signe précurseur", observe Jack Allen, de Capital Economics, qui 
s'attend à ce que la croissance du PIB de la zone euro 
ralentisse encore davantage d'ici à la fin de l'année.     
    Eurostat ne publie pas de données pays par pays lors de la 
diffusion de sa première estimation mais l'Insee a parallèlement 
fait état vendredi d'une stagnation de la croissance en France,  
deuxième économie de la zone euro, au deuxième trimestre. 
   
    Ce chiffre inférieur aux attentes résulte notamment d'une 
consommation des ménages maussade et d'une correction de 
l'investissement des entreprises.   
    Le ralentissement de l'économie européenne pourrait plaider 
en faveur d'un renforcement des mesures de soutien mises en 
oeuvre par la BCE, qui a maintenu la semaine dernière ses taux à 
des niveaux historiquement bas et poursuit son programme 
d'achats d'actifs d'un montant de 80 milliards d'euros par mois 
dans l'espoir de raviver une inflation chancelante.   
    L'inflation a progressé un peu plus que prévu en juillet 
dans la zone euro, à 0,2% contre 0,1% en juin, selon la première 
estimation publiée vendredi par Eurostat. 
    Malgré cette légère accélération, elle reste largement 
inférieure à l'objectif de la BCE, qui est d'un tout petit peu 
moins de 2%. 
    Eurostat a également annoncé que le chômage était juste 
au-dessus de 10% en juin, à 10,1%, après une légère baisse en 
mai, donnant un total de chômeurs de 16,3 millions. Le taux de 
chômage des jeunes a légèrement baissé à 20,8% contre 20,9% en 
mai. 
     
    Tableau de la statistique du PIB   
    Tableau de la statistique de l'emploi   
     
 
 (Marc Joanny et Myriam Rivet pour le service français, édité 
par Yann Le Guernigou) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.