1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Y aura-t-il de la neige (et des avalanches) à Noël 2100 ?

RelaxNews07/10/2013 à 14:15

La quantité de neige et le risque d'avalanches devrait s'amenuiser dans les Alpes à l'horizon 2100. nikolpetr/shutterstock.com

(AFP) - La neige devrait devenir une denrée rare dans les Alpes d'ici à la fin du siècle, sous l'effet du réchauffement climatique, et le nombre des avalanches chuter drastiquement, estiment des scientifiques en amont du premier congrès mondial organisé en France sur le sujet.

D'habitude organisé aux États-Unis et au Canada, l'International Snow Science Workshop (ISSW, conférence internationale sur l'étude de la neige) se tient de lundi à vendredi à Grenoble et Chamonix.

Quelque 600 scientifiques et professionnels de la montagne venus du monde entier échangeront sur les propriétés de la neige et la gestion des risques d'avalanches.

Parmi les thèmes abordés, il évoqueront notamment les conséquences du réchauffement climatique dans les Alpes d'ici à la fin du siècle.

Dans le massif de la Chartreuse, près de Grenoble, une baisse de plus de 50% de l'enneigement, passé de 110 cm au début des années 1960 à 50 cm actuellement, a déjà été constaté. Une diminution confirmée sur de nombreux autres points de mesure en dessous de 1.500 mètres dans les Alpes françaises.

Mais les chutes de neige variant fortement d'une année sur l'autre, les effets du réchauffement sont encore difficiles à percevoir pour le skieur lambda.

"Il faudra attendre 2030-2040 pour sortir significativement de la variabilité inter-annuelle du climat", explique Gérald Giraud, ingénieur au centre d'études de la neige (Météo France/CNRS) de Grenoble.

70 à 80% de neige en moins à 1.800 mètres

Dans le cadre d'un projet baptisé Scampei (Scénarios climatiques adaptés aux zones de montagne: Phénomènes extrêmes, Enneigement et Incertitudes), des chercheurs ont modélisé les évolutions du climat dans les Alpes en fonction de l'altitude, de l'exposition au soleil et de la pente.

Dans le scénario de réchauffement le plus pessimiste, "on a conclu à des baisses d'enneigement de 70 à 80% sur les Alpes en moyenne à 1.800 mètres" à l'horizon 2070-2100, indique M. Giraud.

"A 3.000 mètres en versant nord, l'enneigement ne baisse que de 20 à 30% mais de 50 à 60% dans le sud et l'extrême sud des Alpes", poursuit-il.

Le nord des Alpes sera relativement épargné, même si le Chablais, près de la frontière suisse, perdra quand même deux mois d'enneigement (sept aujourd'hui) à 1.800 mètres d'altitude.

Quant au nombre d'avalanches, il connaîtra aussi une chute spectaculaire, avec une baisse de 90% des alertes de "vigilance" émises par Météo France.

Seul l'extrême nord des Alpes et notamment le massif du Mont-Blanc connaîtront encore une activité significative. Avec des températures plus élevées, les avalanches prendront la forme de coulées de neige humide, "plus lentes et épousant des couloirs d'avalanche", déjà connus, identifiés et souvent protégés par des paravalanches, explique M. Giraud.

En outre, la neige plus humide, donc plus lourde, se tassera plus vite, formant un manteau neigeux plus stable.

Enfin, comme la neige tombera en moins grande quantité à basse altitude, les avalanches se déclencheront plus loin des routes et des habitations qu'aujourd'hui, limitant les risques de dégâts matériels et humains. Ce phénomène a déjà été observé au cours des 30 dernières années, les avalanches descendant de moins en moins bas.

"Il est certain que les avalanches réagissent au climat", souligne Nicolas Eckert, chercheur-ingénieur en statistiques appliquées aux aléas naturels en montagne à l'Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture (Irstea).

On enregistre actuellement environ 1.000 avalanches par an dans les Alpes françaises, dans une fourchette de 500 à 1.500 selon les années.

Lors de l'hiver 2012/2013, elles ont causé la mort de 36 personnes en France, selon l'Association nationale pour l'étude de la neige et des avalanches (Anena) qui organise le congrès.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer