1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Wauquiez cible Macron... et les migrants
Le Parisien26/08/2018 à 22:17

Wauquiez cible Macron... et les migrants

Cela se voulait une démonstration de force. C'est devant près de 1500 personnes, dont une cinquantaine de parlementaires et de cadres dirigeants du parti, que Laurent Wauquiez a fait sa rentrée dimanche, sur ses terres, au pied du Mont Mézenc. « Quand j'étais petit, nous faisions l'ascension et lorsqu'on arrivait en haut, j'avais l'impression que toute la France nous regardait, raconte-t-il. Quand je montais cette montagne, j'avais l'impression d'être un héros. C'est ici que j'ai nourri beaucoup de mes rêves. »Si le patron des Républicain évoque volontiers le passé et les randonnées familiales, pas question en revanche d'aborder les divisions actuelles dans sa famille politique, les « petits calculs politiciens »... ou le choix de Valérie Pécresse, absente dimanche, de réunir ses amis vendredi à Brive La Gaillarde (Corrèze). Dans son discours, Wauquiez avait deux cibles principales : Emmanuel Macron, dont il a pilonné la politique économique « injuste », et les migrants. LIRE AUSSI > Wauquiez-Pécresse : c'est reparti pour la gué-guerre !« Un an après l'élection d'Emmanuel Macron, la France ne va pas mieux, les Français ne vivent pas mieux, attaque-t-il. Cette rentrée, c'est celle de la fin du mirage macronien. » Et d'égrener des arguments pour étayer son propos : « Nous avons depuis le début de l'année la croissance économique la plus faible de toute la zone euro ; le pouvoir d'achat connaît sa plus forte baisse depuis 10 ans ; les dépenses publiques progressent autant que sous Hollande. »Une tonalité quasiment lepénistePour le président de LR, le problème « majeur » de la France, ce sont les taxes. « Il y a trop d'impôts, trop de taxes, trop de charges », tonne-t-il. S'adressant au chef de l'Etat, il lance : « Il faut rendre l'argent aux Français. » Et de demander à Macron de « renoncer aux augmentations d'impôts prévues, notamment celles sur le carburant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer