Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Washington nie toute idée de tension avec les pays du Golfe

Reuters12/05/2015 à 02:51

WASHINGTON/RYAD, 12 mai (Reuters) - Le roi Salman d'Arabie saoudite a téléphoné lundi au président Barack Obama pour lui faire part de son "regret" de ne pouvoir assister au sommet des pays du Golfe organisé mercredi et jeudi à la Maison blanche et à Camp David, a déclaré la présidence américaine. Les deux dirigeants ont convenu d'oeuvrer avec les autres pays du Golfe à "bâtir une capacité collective afin de répondre plus efficacement à l'éventail de menaces qui pèsent sur la région et de résoudre les conflits régionaux". L'Arabie saoudite a annoncé dimanche que le monarque ne se rendrait pas aux Etats-Unis et qu'il avait demandé au prince héritier Mohamed ben Nayef d'assister au sommet à sa place. ID:nL5N0Y10VS Barack Obama devait initialement recevoir le roi Salman mercredi à la Maison blanche. Le prince Nayef, qui connaît bien les milieux de la sécurité et de la politique à Washington, sera accompagné du vice-dauphin, le prince Mohamed ben Salman, fils du roi et ministre de la Défense. Ben Rhodes, conseiller d'Obama à la sécurité nationale, a assuré que le président américain aurait "les bonnes personnes autour de la table". "Ce sont eux qui sont responsables des portefeuilles de la sécurité", a-t-il dit. Seuls deux pays du Golfe, le Koweït et le Qatar, seront représentés à ce sommet entre Washington et le Conseil de coopération du Golfe (CCG), l'alliance politique et militaire régionale, par leurs monarques en exercice. Des analystes et diplomates du Moyen-Orient voient dans l'absence du roi Salman un signe évident de l'agacement des Saoudiens face à l'attitude de Washington envers l'Iran, malgré les démentis émanant de la Maison blanche et de Ryad. BOUCLIER ANTIMISSILES Le royaume saoudien a déclaré que l'une des principales raisons de l'absence du roi Salman était l'entrée en vigueur d'une trêve humanitaire mardi soir au Yémen, où l'Arabie saoudite a lancé une campagne aérienne à la fin mars pour contrer la progression des milices chiites houthies. L'Arabie saoudite est convaincue que le soutien de Téhéran à des groupes armés au Liban, en Syrie, en Irak et au Yémen est le principal facteur d'instabilité régionale et qu'il aggrave les tensions religieuses entre chiites et sunnites. Ryad redoute qu'un accord sur le nucléaire iranien, actuellement en négociation, permette la levée des sanctions qui étouffent l'économie de la République islamique sans mettre un frein à ses ambitions régionales. Pour la monarchie wahhabite, la volonté de parvenir à un accord nucléaire avec l'Iran a détourné Washington de problèmes plus urgents et soulève des questions sur le renforcement de l'engagement militaire des Etats-Unis dans la région. "Leur expérience, depuis six ans, c'est d'entendre des assurances, des promesses, de belles paroles de la part d'Obama. Mais au bout du compte, ils n'ont rien", estime Moustafa Alani, un expert irakien lié au ministère saoudien de l'Intérieur. Des responsables de la Maison blanche ont dit lundi que le sommet serait l'occasion d'annoncer des décisions concernant un bouclier régional antimissiles balistiques et l'augmentation des manoeuvres militaires conjointes. Pour Barack Obama, le soutien du CCG (Arabie saoudite, Koweït, Qatar, Bahreïn, Emirats arabes unis et Oman) à un accord sur le nucléaire iranien est important pour montrer au Congrès que le pacte est largement soutenu dans la région, en dépit de l'opposition d'Israël. Le roi Salman a exprimé un soutien mesuré à l'accord intérimaire conclu entre l'Iran et le groupe P5+1 le 2 avril à Lausanne, insistant sur la nécessité que tout accord définitif soit solide, vérifiable et ne présente pas une menace pour les voisins de Téhéran. La participation de François Hollande au sommet extraordinaire du CCG les 4 et 5 mai a été l'occasion de réaffirmer la convergence de vues entre la France et les principaux Etats de la région sur la fermeté jugée nécessaire face à l'Iran comme sur les différentes crises qui secouent la région. ID:nL5N0XS16R (Matt Spetalnick, Angus McDowall; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.