Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

"Vues d'en haut": Le Centre Pompidou-Metz fait décoller les points de vue artistiques

RelaxNews17/05/2013 à 12:21

All Rights Reserved

(AFP) - Pour son troisième anniversaire, le Centre Pompidou-Metz a choisi de prendre de la hauteur : il présente à partir de vendredi une passionnante exposition "Vues d'en haut" consacrée à l'influence de la photographie aérienne sur les artistes.

Depuis les premières images saisies depuis un ballon en 1858 par Nadar jusqu'aux vues de la terre prises récemment par Yann Arthus-Bertrand, quelque 500 oeuvres démontrent l'impact de ce renversement du regard sur 150 ans de création artistique. Photographies, peintures, dessins, films et maquettes d'architecture se déploient sur plus de 2.000 m2 jusqu'au 7 octobre.

"C'est la première fois que l'on consacre une grande exposition pluridisciplinaire à ce thème", assure Angela Lampe, conservatrice au Musée national d?art moderne et commissaire de l'exposition.

Contempler le monde non plus frontalement, à hauteur des yeux, mais, verticalement, depuis un ballon ou un avion, revient à briser le modèle de perspective à l'échelle humaine défini à la Renaissance, relève-t-elle. "La vue en hauteur devient panoramique, flottante", ajoute-t-elle.

Les impressionnistes, amis de Nadar, expérimentent déjà la vue d'en haut (depuis des toits, des balcons). Mais c'est avec le cubisme que la démonstration devient limpide.

La présentation de photographies d'un village espagnol prises par Picasso en 1909 à côté d'une aquarelle cubiste de l'artiste sur le même sujet est particulièrement éloquente.

Les peintres français d'avant-garde comme Fernand Léger sont fascinés par l'aviation. Robert Delaunay offre une intrépide vue de la Tour Eiffel en surplomb.

La Première Guerre mondiale s'accompagne d'une prolifération de clichés militaires aériens, au graphisme linéaire sans échelle, qui accompagnent l'émergence de l'abstraction picturale surtout en Russie. L'imagerie aérienne irrigue le suprématisme de Malévitch, pointe Mme Lange.

La commissaire relève que la ville allemande de Dessau où le Bauhaus, fondé en 1919 par Walter Gropius à Weimar, a été obligé de se replier en 1925, abritait également le constructeur aéronautique Junkers.

"Âge de raison"

"Kandinsky utilisait des photographies aériennes, soigneusement collées sur du carton, pour ses cours au Bauhaus", selon Mme Lange.

Ces vues d'en haut ont pu influencer ses oeuvres, comme le suggère "Accent en rose" de 1926.

Pour Paul Klee et Mondrian, les vues aériennes ont sans doute été également des sources d'inspiration.

Avec l'essor de l'aviation civile après la Seconde Guerre mondiale, le phénomène s'amplifie surtout aux États-Unis. Sam Francis, qui a été pilote pendant la guerre, réalise la grande toile "Round the world" (1958-59) après un voyage en avion.

Les "drippings" de Pollock sont réalisés sur un support posé au sol, créant une cartographie abstraite.

L'archéologie aérienne, qui permet de révéler des structures du territoire invisibles à l'oeil nu, sert de référence aux artistes du Land Art, qui réalisent des oeuvres éphémères.

Au fil des décennies, l'émerveillement cède le pas à une vision plus pessimiste. Avec les progrès des technologies spatiales, la surveillance depuis le ciel est devenue omniprésente tandis que se multiplient les caméras de surveillance, comme l'illustre "City TV. Berlin" de Frank Thiel.

De son côté, le photographe Yann Arthus-Bertrand alerte le public sur les menaces pesant sur l'environnement grâce à ses images parfois aussi esthétiques que glaçantes ("Dépôts de goudron après extraction des sables bitumineux au Canada").

Avec 1,8 million de visites depuis son ouverture en mai 2010, le Centre Pompidou-Metz a su "creuser son sillon", considère son directeur Laurent Le Bon.

"Trois ans, pour un musée, c'est l'âge de raison. Nous entrons dans un rythme de croisière. Nous avons reçu 475.000 visiteurs l'an dernier. Cela devrait doucement s'étioler", a-t-il déclaré à l'AFP.

"Nous devrions être en moyenne autour de 400.000 visiteurs par an", ce qui est tout à fait élevé pour un centre d'art en région, ajoute-t-il.

Grand motif de satisfaction: plus de 50% de visiteurs viennent de Lorraine.

pcm/fa/jag

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.