1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Voyage en anthropologie politique
Le Monde20/11/2018 à 05:00

Recourir aux sciences sociales pour mieux comprendre les mutations du système international, c'est ce que propose le livre dirigé par les professeurs de science politique Guillaume Devin et Michel Hastings

Livre. Disons-le d'emblée : il y a trois bonnes raisons de lire l'ouvrage collectif dirigé par Guillaume Devin et Michel Hastings, deux professeurs de science politique, le premier à Paris, le second à Lille. La première est qu'en cette période d'incertitudes mondiales recourir aux sciences sociales pour mieux comprendre les mutations du système international met un coup de vieux à celles et ceux qui les expliquent exclusivement par le prisme institutionnel. Non, la compréhension des affaires du monde est loin de relever des seules logiques de rapports de force géopolitiques et autres jeux des Etats. Les relations internationales relèvent avant tout du fait social. Et après avoir publié, en 2015, Dix concepts sociologiques en relations internationales (CNRS Editions), Guillaume Devin récidivent avec, cette fois-ci, Michel Hastings comme coauteur et l'anthropologie comme science maîtresse. Et le résultat est plus que convaincant.

Car - et c'est la deuxième raison - la méthode suivie par les deux auteurs est celle de la mise en relation des sciences sociales. Une approche de mixité contre toutes les digues et cloisons intellectuelles et contre toutes les démonstrations étanches, qui empêchent de bien saisir ce décentrement qui gagne l'ensemble du monde et toutes les disciplines qu'il renferme. Cette « valorisation d'une pensée de l'hybridation » renverse les schémas classiques de la science politique, propose d'autres regards sur la complexité du monde et suscite de nouvel...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer