1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Vote de la loi Macron : Hamon appelé à la «responsabilité» par Valls

Le Parisien16/02/2015 à 19:20

Vote de la loi Macron : Hamon appelé à la «responsabilité» par Valls

Le chef du gouvernement, Manuel Valls, a visiblement du mal à digérer ce lundi la prise de position de son ancien ministre, Benoit Hamon, sur la loi Macron. Le député socialiste des Yvelines, sorti l'été dernier du gouvernement, a fait savoir dimanche qu'il voterait «contre» ce texte, regrettant notamment l'absence d'un plancher minimum de compensations pour les travailleurs du dimanche. Et Manuel Valls d'en profiter pour faire la leçon à celui qui, avec Arnaud Montebourg, avait vivement critiqué la politique de l'exécutif avant d'en être exclus.

Depuis le début, Benoît Hamon n'est «pas favorable» à l'article 80, qui rend possible l'ouverture des commerces douze dimanches par an. «J'en appelle à la responsabilité de chacun», a répondu ce lundi le Premier ministre sur RTL. Interrogé sur l'annonce de l'ancien ministre de l'Education, Valls a feint l'étonnement: «A ce stade, je ne peux pas l'imaginer.» Et d'énumérer tous les avantages, selon lui, de ce «texte qui soutient l'activité et en même temps qui protège».

«Les postures, c'est fini !»

D'un ton ferme et solennel, le chef du gouvernement s'est attaché à être clair : «Dans ces moments là, particulièrement graves, chacun doit être à la hauteur. Quand on est en plus un député de la majorité, un ancien ministre... L'exigence des Français, c'est que nous nous comportions autrement, pas comme avant avec nos petites divisions, nos petites querelles, nos préparations de congrès (NDLR : qui se tiendra à Poitiers début juin). Tout ça est balayé par les événements que nous connaissons.» Une référence aux attentats de Copenhague, faisant écho à ceux de Paris, ainsi qu'à la profanation de centaines de tombes juives en Alsace ce week-end. Et d'insister : «Quand on a la chance, l'honneur, de gouverner ce pays, après le débat, on prend ses responsabilités. (...) Les postures, c'est fini ! Et on vote un texte !»  

Même agacement du côté de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer