1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Vote de confiance : Valls tend à nouveau la main aux Verts
Le Parisien06/04/2014 à 17:24

Vote de confiance : Valls tend à nouveau la main aux Verts

Manuel Valls «regrette» le départ des écologistes du gouvernement. C'est ce qu'il confie dans un entretien au Journal du Dimanche publié ce jour. Le nouveau Premier ministre de François Hollande, nommé lundi dernier à Matignon, répond à l'impatience des députés d'EELV, frustrés de ne plus avoir de ministres, en affirmant qu'il souhaite «associer étroitement le Parlement». 

Le successeur de Jean-Marc Ayrault flatte les Verts autant qu'il les culpabilise. D'un côté, il assure qu'il «ne peut pas parler de rassemblement sans regretter le départ d'une formation qui a contribué à l'élection du président de la République.» De l'autre, il affirme que «dans un moment difficile, alors que la crise est là depuis des années, assumer ses responsabilité au gouvernement, c'est important.» Cécile Duflot, ex-ministre du logement, et Pascal Canfin, ancien ministre délégué au développement, qui ont refusé de travailler avec lui, apprécieront. 

Anticipant une majorité fragile à l'Assemblée, Manuel valls tend la main au parti écologiste. «S'ils restent dans la majorité en votant la confiance, ils seront associés. Plus la majorité est large, plus on sera efficace.»

Un tapis rouge déroulé aux écologistes

Manuel Valls confirme au passage qu'il avait bien déroulé le tapis rouge à de possibles ministres d'Europe-Ecologie-Les Verts. «Les conditions étaient totalement réunies : leur place au sein du gouvernement, la possibilité de porter le grand ministère de l'Ecologie au moment où la France va organiser la conférence climat, la collégialité de l'équipe, leur association au travail gouvernemental, le fait que nous tenions vraiment compte du message des Français.»

«Il y a quelque chose qui est ubuesque et incompréhensible dans l'attitude des Verts», a estimé pour sa part le socialiste Julien Dray, vice-président de la région Ile-de-France. «Pouvoir exercer pleinement le pouvoir» et «avoir une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • nayara10
    06 avril17:05

    Il pourrait faire un rouleau de PK ..ul en cadeau..

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer