1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Vote ce vendredi à Westminster sur des frappes aériennes en Irak
Reuters26/09/2014 à 03:17


LONDRES, 26 septembre (Reuters) - Le Premier ministre britannique David Cameron devrait obtenir ce vendredi le feu vert du Parlement à une participation du Royaume-Uni aux frappes aériennes contre des positions tenues en Irak par l'Etat islamique. La Grande-Bretagne rejoindrait ainsi la coalition réunissant les Etats-Unis et certains de leurs partenaires moyen-orientaux tels que l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis qui ont déjà ciblé des objectifs, en Syrie et en Irak. Comme la France, Londres devrait toutefois limiter ses raids aériens à des positions de l'EI en Irak. David Cameron a tenté l'année dernière d'obtenir des parlementaires britanniques qu'ils l'autorisent à attaquer les forces gouvernementales syriennes mais sa demande avait alors été rejetée. Les données sont cette fois totalement différentes puisque les différents partis de l'échiquier politique britannique ont annoncé qu'ils soutiendraient la demande présentée le Premier ministre lors d'un vote prévu à 16h00 GMT lors d'une séance extraordinaire. David Cameron a convoqué cette séance mercredi, expliquant que l'Etat islamique, qui contrôle de vastes territoires à cheval sur l'Irak et sur la Syrie, constitue une menace directe contre de la sécurité de la Grande-Bretagne. L'opinion publique britannique reste marquée par la participation du Royaume-Uni aux conflits en Irak et en Afghanistan, mais la décapitation de deux journalistes américains et d'un ressortissant britannique a changé la donne. Selon Londres, près de 500 Britanniques se sont rendus en Syrie et dans le nord de l'Irak alimentant les craintes liées à un retour au pays de combattants radicalisé. (William James,; Nicolas Delame pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer