Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Vive charge d'Almunia contre Montebourg sur la concurrence

Reuters11/02/2014 à 17:59

LE COMMISSAIRE EUROPÉEN À LA CONCURRENCE JOAQUIN ALMUNIA RÉPOND AUX ATTAQUES D'ARNAUD MONTEBOURG

PARIS (Reuters) - Arnaud Montebourg est "isolé" au sein du gouvernement français lorsqu'il accuse la Commission européenne de mener une politique de concurrence "intégriste" qui affaiblirait l'UE face aux Etats-Unis et à la Chine, dit le commissaire chargé du dossier.

Le ministre du Redressement productif multiplie les attaques contre Joaquin Almunia, qui interdirait systématiquement les aides d'Etat en faveur des entreprises européennes au nom de la concurrence alors que Washington et Pékin utilisent largement cette arme pour gagner des parts de marché.

Arnaud Montebourg estime également que l'Etat se comporte comme un "investisseur avisé" en volant au secours d'entreprises en difficulté, ce que conteste la Commission dans certains cas.

"Arnaud Montebourg est isolé", estime Joaquin Almunia dans un entretien paru dans Le Monde daté de mercredi. "Lorsque je parle à d'autres interlocuteurs français, y compris au sein du gouvernement français, je n'entends pas le même discours, ni sur la forme, ni sur le fond."

"Je reste serein face à ce type de déclarations exagérées, cette accumulation d'épithètes qui ne tiennent pas compte des faits", ajoute le commissaire européen à la Concurrence.

Ce socialiste espagnol maintient qu'il lui appartient d'éviter les distorsions mais affirme qu'il a autorisé 95% des mesures d'aide notifiées, comme celles en faveur de la recherche et de l'innovation soumises par les autorités françaises.

Quand Arnaud Montebourg fustige le seuil de 200.000 euros au-dessus duquel les aides doivent être notifiées à la Commission, Joaquin Almunia lui réplique qu'il ne "connaît pas" les règles puisque sa formulation est selon lui fausse.

Sous ce seuil, il n'y a pas d'aide d'Etat et, au-delà, il n'y a pas d'obligation automatique de notifier à la Commission, explique-t-il dans Le Monde.

"Arnaud Montebourg n'est pas conscient de tout ce qui se passe dans son ministère", estime Joaquin Almunia. "Il a une position très personnelle que je ne partage pas: il est contre la mondialisation, il veut la défaire."

"JE N'AIME PAS DU TOUT ÇA"

"C'est un partisan du nationalisme économique. Je n'aime pas du tout ça", ajoute-t-il en faisant référence aux célébrations pour le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale.

Il estime que l'Europe tire parti de la mondialisation et que si la France a des problèmes de compétitivité, "il faut s'attaquer aux vrais problèmes, pas s'en prendre à des fantasmes".

Sur les dossiers dont il a la charge, Joaquin Almunia n'entend pas se laisser impressionner par les pressions.

Ainsi des aides accordées par l'Etat à la Société nationale Corse Méditerranée (SNCM), illégales selon lui, qui doivent être remboursées même si cela menace la survie de la compagnie.

S'il se dit prêt à autoriser une grande fusion dans le domaine des télécommunications, par exemple entre Orange et Deutsche Telekom, il dit devoir tenir compte de l'impact éventuel sur les consommateurs sur un marché national.

Enfin, il défend sa décision de chercher à tout prix un arrangement avec Google pour corriger un risque d'abus de position dominante, mais n'exclut pas d'infliger une amende au moteur de recherche américain s'il ne respecte pas ses engagements.

Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.