Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Violences en Syrie, Paris menace d'un recours à la force

Reuters25/04/2012 à 22:16

Violences en Syrie, Paris menace d'un recours à la force

BEYROUTH (Reuters) - La France et ses alliés envisagent un recours à la force si la médiation de l'Onu vient à échouer en Syrie, a dit mercredi le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé.

Plus de dix jours après l'annonce de l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu, les violences se poursuivent dans plusieurs villes de Syrie où la répression depuis un an des manifestations antigouvernementales a fait plus de 9.000 morts selon l'Onu.

"Ça ne peut pas durer indéfiniment. Nous souhaitons que les observateurs en nombre suffisant, au moins 300 (...) puissent se déployer dans les meilleurs délais", "dans la quinzaine", a dit Alain Juppé, à la presse à l'issue d'une rencontre à Paris avec des représentants de l'opposition syrienne.

Le rapport de l'envoyé spécial de l'Onu et de la Ligue arabe pour la Syrie, Kofi Annan, devant le Conseil de sécurité de l'Onu, le 5 mai, sera "le moment de vérité", a souligné le chef de la diplomatie française.

"Si ça ne fonctionne pas, on ne peut pas se laisser défier par le régime. Il faudra passer à une autre étape sous chapitre 7 des Nations unies pour franchir un nouveau pas pour l'arrêt de cette tragédie", a-t-il ajouté.

Le chapitre VII de la Charte des Nations Unies traite des conditions de l'action du Conseil de sécurité "en cas de menace contre la paix, de rupture de la paix et d'actes d'agression".

"JOUER AVEC LES VIES SYRIENNES"

Face à la poursuite de violences, la lenteur du déploiement des observateurs chargés de veiller au respect du cessez-le-feu censé être en vigueur depuis le 12 avril, continue de faire grincer des dents dans les rangs de l'opposition qui accuse l'Onu de "jouer avec les vies syriennes".

La plupart des opposants ont accueilli avec un mélange de colère et de résignation l'annonce mardi par le secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix de l'Onu, Hervé Ladsous, que le déploiement de 100 observateurs prendrait encore un mois. "Il leur faut un mois pour arriver ? Ils viennent à cheval ?", s'est demandé un habitant de Homs.

Quinze observateurs, sur les 300 autorisés par le Conseil de sécurité de l'Onu, se trouvent déjà en Syrie.

Sur le terrain, les forces de sécurité syriennes ont tué par balles quatre civils à bord d'un autocar dans la province d'Idlib, dans le nord du pays, selon des opposants.

Ces quatre personnes ont été abattues alors que le car se trouvait à un poste de contrôle sur la grand-route reliant Alep, deuxième ville du pays, à la capitale Damas, a précisé l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

COMBATS À DERAA

Les médias syriens, étroitement contrôlés par le régime du président Bachar al Assad, n'ont pas fait la moindre allusion à cet incident.

Les tirs contre les occupants de ce car sont survenus 48 heures après la mort de 31 personnes dans la ville de Hama juste après le départ d'observateurs du cessez-le-feu.

D'autres combats ont été signalés à Deraa, dans l'extrême sud du pays, où une personne âgée a été tuée.

Une femme qui s'est rendue mardi soir à Douma, ville farouchement anti-Assad, à l'est de Damas, a fait état de pilonnages sans relâche contre la ville, qui est privée d'eau courante et d'électricité. Les téléphones portables ne fonctionnent plus.

Un dirigeant de l'organisation libanaise Fatah al Islam, Abdel Ghani Djaouhar, a par ailleurs péri en Syrie alors qu'il déposait une bombe, dans le cadre de la lutte aux côtés des insurgés, dit-on de source proche des services de sécurité libanais. Djaouhar est mort vendredi dernier à Koussaïr, à quelques kilomètres de la frontière libanaise, ajoute-t-on.

Enfin, aucune arme n'a été trouvée sur un navire allemand soupçonné de transporter des munitions en Syrie, a indiqué une source gouvernementale allemande.

L'Atlantic Cruiser, qui appartient à l'armateur W.Bockstiegel, avait pris sa cargaison dans le port de Djibouti et faisait route vers la Syrie avant de changer de cap et de prendre la direction du port turc d'Iskenderun.

"Le ministère turc des Affaires étrangères a informé le gouvernement allemand mardi que l'inspection menée à bord de l'Atlantic Cruiser était terminée et que les autorités turques n'avaient trouvé aucune arme ou munition à destination de la Syrie à bord du navire", a dit cette source.

Oliver Holmes, avec John Irish à Paris, Julien Dury, Eric Faye et Marine Pennetier pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.