1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Vingt-sept otages de Boko Haram libérés au Cameroun
Reuters11/10/2014 à 18:43


(Actualisé avec confirmation chinoise et porte-parole du gouvernement camerounais) YAOUNDÉ, 11 octobre (Reuters) - Vingt-sept otages, dont dix Chinois, capturés cette année par des membres présumés du groupe islamiste Boko Haram, ont été libérés au Cameroun, a annoncé samedi la présidence à Yaoundé. Les ouvriers chinois avaient été pris en otages en mai lors de l'attaque d'un chantier dans les environs de Waza, à une vingtaine de kilomètres de la frontière nigériane, près de la forêt de Sambisa, qui est un repaire des islamistes de Boko Haram. Parmi les autres otages libérés figure l'épouse du vice-Premier ministre camerounais Amadou Ali, enlevée fin juillet à Kolofata dans le nord du pays. "Les 27 otages enlevés le 16 mai 2014 à Waza et le 27 juillet 2014 à Kolofata ont été remis cette nuit aux autorités camerounaises", déclare le président Paul Biya dans un communiqué lu à la radio nationale. "Dix Chinois, l'épouse du vice-Premier ministre Amadou Ali, le Lamido (chef religieux local) de Kolofata ainsi que les membres de leurs familles enlevés avec eux sont sains et saufs", ajoute-t-il. L'ambassade de Chine a confirmé leur libération, selon l'agence de presse officielle Chine nouvelle. Les otages ont été transportés par avion à Yaoundé, où ils ont été hospitalisés, a précisé par la suite le ministre camerounais de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, interrogé par Reuters. "Vous imaginez bien qu'après un tel calvaire, ils sont très heureux et soulagés d'être libres, mais ils sont très faibles. Leur état de santé est très mauvais", a-t-il souligné. Le ministre a par ailleurs confirmé que leurs ravisseurs appartiennent à Boko Haram. Particulièrement actif dans le nord-est du Nigeria, le mouvement l'est de plus en plus dans le nord du Cameroun. Yaoundé a déployé des troupes dans cette région, se joignant ainsi aux efforts de la communauté internationale. (Anne-Mireille Nzouankeu; Eric Faye et Jean-Philippe Lefief pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer