Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Vincent Lambert à la CEDH, une euthanasie selon ses parents

Reuters07/01/2015 à 19:26

STRASBOURG, 7 janvier (Reuters) - Les parents de Vincent Lambert, tétraplégique en état végétatif pour lequel le Conseil d'Etat a autorisé la fin des traitements qui le maintiennent en vie, ont dénoncé mercredi à Strasbourg la perspective d'une "euthanasie" déguisée devant la Cour européenne des droits de l'homme. Le cas de cet homme de 38 ans, victime d'un accident de la route en septembre 2008, divise depuis deux ans sa famille, entre d'une part son épouse, cinq de ses frères et sœurs et un neveu qui soutiennent l'arrêt des traitements et ses parents, d'autre part une sœur et un demi-frère, qui s'y opposent. La requête qu'ils ont introduite devant la Cour européenne des droits de l'homme constitue leur dernier recours possible. L'arrêt, qui sera rendu d'ici plusieurs semaines par la grande chambre de la Cour sera définitif. "Ce qu'on veut pratiquer sur (Vincent Lambert), c'est en réalité une euthanasie qui ne dit pas son nom", a dénoncé devant les juges Me Jean Paillot, avocat des parents, Pierre et Viviane Lambert. Rappelant que l'euthanasie était interdite en France, il n'a pas contesté, sur le fond, la loi Léonetti de 2005 qui proscrit l'acharnement thérapeutique et encadre la procédure permettant, lorsqu'une évolution favorable n'est plus envisageable, d'abréger la vie d'un malade. Il a en revanche critiqué "l'insécurité juridique" qui procèderait de la définition de "l'obstination déraisonnable" et des traitements que le corps médical peut se voir autorisé à interrompre. Vincent Lambert est, selon lui, un "handicapé" et non pas un malade, auquel ne sont prodigués d'autres soins, dans sa chambre de l'hôpital de Reims, qu'une hydratation et une alimentation artificielles par voie entérale au moyen d'une sonde gastrique. "Nous contestons que Vincent soit dans une situation d'obstination déraisonnable du seul fait qu'on doive lui mettre et lui enlever cette sonde gastrique. L'alimentation est selon nous un soin et son défaut, une maltraitance", a-t-il plaidé. Cet arrêt de l'alimentation, autorisé par le Conseil d'Etat dans sa décision du 24 juin 2014, serait selon lui une atteinte au droit à la vie mais également constitutif de traitements inhumains et dégradants. Son confrère, Me Jérôme Triomphe, a contesté le refus de Vincent Lambert, attesté par ses proches, d'être maintenu artificiellement en vie s'il se trouvait dans une telle situation, s'étonnant que l'ancien infirmier psychiatrique n'ait pas rédigé de directives anticipées. Le représentant du gouvernement, François Alabrune, a de son côté estimé que les règles de la loi Léonetti avaient été scrupuleusement respectées dans cette affaire. Il a rappelé la dégradation de l'état du patient, les lésions cérébrales irréversibles et l'absence de toute perspective d'évolution favorable, constatées par un collège de médecins. Il a souligné que la loi du 22 avril 2005 avait été votée par l'Assemblée nationale en première lecture, à l'unanimité des députés. (Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.