1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Vincent, l'homme derrière l'affaire Lambert
Le Parisien23/05/2019 à 07:26

Vincent, l'homme derrière l'affaire Lambert

La porte se referme. En cet après-midi du 29 septembre 2008, Vincent Lambert, 32 ans, infirmier en psychiatrie, vient de faire une petite sieste. Il a embrassé sa fille de 2 mois, a lancé « je t'aime » à sa femme Rachel. C'est l'heure de prendre la route du travail. Le terrible accident, l'hospitalisation, le corps qui ne répond plus... Ici s'achève sa vie d'avant.Très vite, Vincent devient « l'affaire Lambert ». Et le débat, qui déchire la famille, s'enlise encore dix ans plus tard : faut-il poursuivre les soins de ce tétraplégique, en état végétatif irréversible ? Alors que les médecins venaient d'arrêter son hydratation et son alimentation, la Cour d'appel de Paris a ordonné leur reprise, tard dans la soirée de lundi. Un nouveau coup de théâtre retentissant suivi, avec émotion, par la population.Une enfance compliquéeCar derrière le « cas », il y a l'homme. Et ce nom, symbole de la fin de vie, qui n'a pas toujours été le sien. Vincent est né Philippon. Issu d'une liaison, il est d'abord élevé par le premier époux de sa mère Viviane. Il sera reconnu à 6 ans par son père biologique Pierre Lambert, une fois la relation clandestine transformée en mariage. Le clan recomposé de Châteauroux (Indre) compte, en tout, neuf enfants. Une situation atypique pour cette famille catholique, pratiquante, intégriste, pour certains de ses membres. Un environnement « traditionaliste, où la morale étouffe, une enfance qu'il décrit compliquée », confiera-t-il plus tard à sa femme Rachel, comme elle le raconte dans son livre*. « Après les repas de famille tendus, on avait besoin de s'isoler, lui et moi, pour prendre du recul », se souvient François, le neveu de Vincent.Les années s'écoulent. Pensionnat, adolescence timide, études médicales... « Sa délicatesse, sa diligence l'amène en tant qu'élève infirmier à faire son mémoire sur la maltraitance des personnes âgées en maison de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer