Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

VIE PRATIQUE: Une clause du contrat de prêt peut n'être qu'en partie abusive
AFP11/06/2021 à 08:47

La clause qui prévoit la sanction du remboursement immédiat dans un contrat de prêt peut être partiellement abusive mais cela ne remet pas en cause sa validité.

Il suffit que le juge fasse le tri et détermine si le motif invoqué par la banque pour exiger un remboursement total et immédiat est un motif valable ou abusif, a expliqué la Cour de cassation.

En l'espèce, un emprunteur contestait la procédure conduite contre lui par le banquier. Il avait contracté un emprunt immobilier de près de 280.000 euros et, dix ans plus tard, la banque avait réclamé le remboursement intégral de ce qui restait dû car il n'avait pas payé dans le délai une échéance de 5.000 euros.

Cette "déchéance du terme" est prévue par une clause du contrat, plaidait le banquier. Mais la clause est abusive, répondait le client, car elle prévoit plus de vingt situations permettant au banquier d'exiger le remboursement immédiat. Il y a, disait l'emprunteur, d'autant plus de déséquilibre que parmi cette vingtaine de situations permettant à la banque de décider d'exercer son pouvoir de sanction, certaines sont totalement extérieures au contrat de prêt car elles concernent par exemple la situation professionnelle de l'emprunteur.

La Cour de cassation a cependant rejeté cet argument du client. La clause peut être jugée abusive en partie et valable pour le reste, selon elle.

Les motifs de sanction qui sont liés à l'exécution du contrat lui-même, comme le non-respect des échéances, peuvent demeurer valables alors que les motifs extérieurs seraient déclarés abusifs. C'est au juge de contrôler. La procédure de saisie engagée par la banque pour se faire payer a donc été jugée valide.

(Cass. Civ 1, 2.6.2021, A 19-22.455).

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer