Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

VIE PRATIQUE. L'usage privatif d'une partie commune ne doit pas entraîner l'appropriation
Boursorama avec Media Services20/11/2020 à 15:28

Tout n'est pas permis à celui qui jouit exclusivement d'une partie commune de copropriété.

(illustration) ( AFP / THOMAS SAMSON )

(illustration) ( AFP / THOMAS SAMSON )

Un usage exclusive oui. Un rattachement à des parties privées et une appropriation, non. La Cour de cassation a estimé que, en copropriété, le droit d'utiliser seul une partie commune n'autorise pas à faire des installations définitives.

Elle a donc donné tort à un copropriétaire qui avait transformé en véranda la terrasse à laquelle il avait seul accès.

Le copropriétaire en cause estimait qu'il n'y avait pas de différence entre la terrasse et la véranda et que, dès lors qu'il était autorisé à l'utiliser seul, tout lui était permis. La copropriété, estimait-il, n'est pas davantage dérangée selon que la terrasse serait couverte et close, ou non.

Risque d'appropriation

Mais pour les juges, ces deux cas de figure sont différents. Si la terrasse n'est pas couverte ou close, le copropriétaire ne fait que l'utiliser comme prévu, comme il y est autorisé. En revanche, s'il la ferme et la couvre, il la rattache à son appartement privé, il s'approprie une partie commune , ce qui peut être contesté par le syndicat des copropriétaires.

Le risque pour le syndicat serait de voir, au bout de trente ans, ce copropriétaire se déclarer seul propriétaire puisqu'il se serait clairement et publiquement comporté, durant tout ce temps, comme propriétaire, sans être contredit.

Mais la Cour avait jugé en janvier 2018 qu'un copropriétaire ayant utilisé seul durant au moins trente ans le jardin situé devant son lot ne pouvait pas décider de se l'approprier. Il ne peut pas non plus, disait-elle, au prétexte qu'il serait seul à l'utiliser depuis trente ans, estimer qu'il a acquis sur ce jardin un droit perpétuel d'utilisation exclusive.

(Cass. Civ 3, 22.10.2020, A 19-12.588).

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer