1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Vie et mort de la marque Airness
So Foot21/03/2020 à 10:00

Vie et mort de la marque Airness

Airness, c'est l'histoire d'une success-story des années 2000. Dont le protagoniste est un jeune Malien ayant émigré en France, en Seine-Saint-Denis. Qui commence avec cinq sweats dans un sac plastique pour finir par monter un équipementier qui fournira jusqu'à dix clubs pros avec des ambassadeurs comme Djibril Cissé ou Didier Drogba. Retour sur un ovni du marketing sportif français.

Article paru initialement dans le numéro 133 de SO FOOT.

Une panthère noire lorgne sur un ballon en grognant. Sylvain Wiltord se campe face à elle. Ils se toisent, et se jettent sur la balle. L'attaquant français l'atteint en premier et humilie son adversaire à coups de sombreros et de passements de jambes. La 3D est douteuse, mais le message de cette pub télé est on ne peut plus clair: en 2006, le boss de l'attaque lyonnaise, le sauveur de l'équipe de France en finale de l'Euro 2000, n'est habillé ni par Adidas ni par Nike, mais par un félin né en France quelques années auparavant, Airness. Cette année-là, la panthère trône fièrement sur le maillot de Rennes, Nantes, Lille ou Valenciennes en L1, mais aussi Fulham en Premier League, Boavista en Liga Sagres, Genk en Pro League belge, Nancy en Pro A de basket, ou encore Bourgoin-Jallieu en Top 14 de rugby. Un peu plus au sud, Airness équipe les sélections du Mali, du Gabon, du Congo, du Cap-Vert, du Burkina Faso et de la République démocratique du Congo (RDC). Dans le cas de la RDC, le partenariat se noue sur un coup de téléphone, un jour de juillet 2004. Celui de Claude Le Roy à Malamine Koné, créateur d'Airness, alors que la sélection, entraînée par le Français depuis quelques mois, débarque à Paris pour un match amical. Sauf que la Fédération n'a pas prévu que les conditions climatiques sont alors loin d'être estivales en France. "À ce moment-là, la sélection était un peu au bord du gouffre et on arrive à Paris sans blousons, se souvient Claude Le Roy. Donc j'appelle Malamine, dont j'ai eu le numéro par mon capitaine Shabani Nonda, et je lui demande s'il ne peut pas nous filer un coup de main. Je me souviens encore de les voir arriver à Roissy dans deux voitures aux coffres bourrés de doudounes." "Rien que de repenser à cette histoire, j'ai la chair de poule", souffle Koné. Le Roy le convainc alors d'équiper la RDC sur le terrain. "Je lui ai dit qu'on allait se qualifier pour la CAN alors Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer