1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

VIDÉO. Valérie Trierweiler souhaite "bonne chance" à Hollande

Le Point06/05/2014 à 17:05

L'ex-première dame Valérie Trierweiler, le 28 février dernier à Paris.

François Hollande a estimé mardi que "jamais (il n'avait été) dans une forme de vulgarité ou de grossièreté" dans la gestion de sa vie privée. Lorsqu'on lui demandait sur BFM TV et RMC s'il avait été digne, le chef de l'État a répondu : "Oui, je pense. (...) Jamais je ne me suis livré à je ne sais quelle facilité, confusion, jamais je n'ai été dans une forme de vulgarité ou de grossièreté." Le matin même, son ex-compagne, la journaliste Valérie Trierweiler, souhaitait "bonne chance" au chef de l'État pour les trois prochaines années de son mandat, dans un entretien diffusé sur Europe 1. "Je lui souhaite bonne chance pour les trois années qui restent", a déclaré l'ex-première dame, interrogée sur le message qu'elle souhaitait envoyer à l'occasion du deuxième anniversaire de l'élection de François Hollande. Ségolène Royal "a toute légitimité à occuper ce poste" "Ce n'est pas au bout de deux ans qu'on juge un quinquennat, c'est au bout de cinq ans. On jugera à ce moment-là, je lui souhaite bonne chance", a poursuivi Valérie Trierweiler, qui était déjà intervenue simultanément à la visite de François Hollande au Mexique en avril pour soutenir Maude Versini, une femme dont les enfants ont été enlevés par leur père dans ce pays. "Bien sûr, je souhaite qu'il réussisse : s'il réussit, c'est la France qui réussira", a-t-elle répondu quand on lui demandait si elle soutenait toujours "politiquement" François Hollande....

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer