1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

VIDÉO. Japon : libre après un demi-siècle dans le couloir de la mort
Le Point27/03/2014 à 19:03

Il est sorti les mains vides, un peu voûté, le visage rougi, s'est engouffré dans une voiture, sans mot dire. Il avait l'air un peu hagard. Et on le serait à moins : le Japonais Iwao Hakamada a passé 48 ans en prison, dans l'antichambre de la mort. Âgé aujourd'hui de 78 ans, il aura donc passé plus de la moitié de sa vie enfermé à attendre d'être conduit à l'échafaud, un record mondial. Arrêté en 1966 et condamné à la peine capitale deux ans plus tard pour quatre meurtres, il redoutait chaque matin que soit venu le jour de son exécution. En 1966, Iwao Hakamada, un ex-boxeur professionnel, travaille dans une usine de miso. Le patron de cette fabrique, sa femme et leurs deux enfants sont retrouvés sauvagement tués à coups de couteau. Un mois plus tard, Hakamada est arrêté, interrogé puis envoyé au tribunal et jugé. Il est déclaré coupable et est condamné à la peine de mort. Il a signé des aveux. Peu importe qu'il se soit rétracté durant son procès, qu'il ait affirmé avoir subi des interrogatoires musclés (240 heures en 20 jours), rien n'y fait, pas même le fait que les preuves n'ont jamais été consistantes et que des doutes ont existé dès le départ. "Pardon, pardon, à l'époque, j'aurais dû le dire plus fort que je ne croyais pas en sa culpabilité", avoue aujourd'hui un des magistrats qui l'a condamné. En 1980, la peine d'Iwao Hakamada est confirmée. "Personne ne peut imaginer ce que c'est" Pourtant, aujourd'hui, on...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer