1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

VIDÉO. Hollande accueille le père Vandenbeusch à Villacoublay

Le Point01/01/2014 à 13:06

Le chef de l'État accueille l'ex-otage au Nigeria sur le tarmac de l'aéroport de Villacoublay.

François Hollande a salué ce mercredi matin "le courage, la lucidité et l'abnégation" du père Georges Vandenbeusch, qu'il était venu accueillir à l'aéroport de Villacoublay, à son retour en France après un mois et demi de captivité au Nigeria. "C'est un jour heureux que de retrouver notre compatriote retenu trop longtemps", a dit le chef de l'État dans une déclaration sur le tarmac de l'aéroport, au cours de laquelle il a "remercié" une nouvelle fois le président camerounais, Paul Biya, "pour toutes les interventions qu'il a pu faire". Encore 6 otages Il a salué "le courage, la lucidité et l'abnégation du père Georges qui a tenu à être fidèle à ses convictions, à sa religion, et capable d'endurer une détention". "Je veux également souligner combien il a toujours été ouvert pour écouter, comprendre et tout faire pour favoriser sa propre libération", a ajouté le président, qui a insisté sur la nécessité pour les familles et les proches d'otages de faire preuve de "compréhension" et "patience" au regard de la stratégie de discrétion du gouvernement dans ce type d'affaires. Soulignant qu'il y avait encore six otages français - deux au Sahel et quatre en Syrie -, pour lesquels il entend "tout faire pour les faire libérer", François Hollande a expliqué que les autorités françaises avaient "besoin de la compréhension des familles, du soutien de la population et en même temps de l'intermédiation de chefs d'État qui peuvent nous...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer