1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Victoires, déceptions, justice et fraude fiscale... 40 ans dans la vie de Balkany
Le Parisien13/05/2019 à 07:35

Victoires, déceptions, justice et fraude fiscale... 40 ans dans la vie de Balkany

Trente ans de règne. Et leur nom, désormais indissociable de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Leur « royaume » de 2,4 km2, façonné à coups de projets immobiliers et d'équipements publics flambant neufs. « Levallois c'est moi ! » se plaît à répéter Patrick Balkany, comme lorsqu'il est réélu au premier tour des dernières élections municipales, en 2014. Mais Levallois, c'est surtout eux. Lui, sa carrure imposante, son sourire ultra-bright et son tempérament volcanique. Elle, Isabelle, son épouse et première adjointe, la bosseuse pragmatique au caractère bien trempé.« Ils sont très fusionnels, politiquement et humainement », résume le sénateur (LR) des Hauts-de-Seine Roger Karoutchi. « Une belle machine de guerre, observe Anne-Eugénie Faure, conseillère municipale d'opposition PS. Ils se tempèrent ou s'encouragent, et savent gérer leurs désaccords pour ratisser plus large. Mais avec une limite : ils n'ont confiance qu'en eux et ont une gestion clanique de la mairie. » LIRE AUSSI > L'heure des comptes pour les Balkany, jugés à partir de lundiDans sa ville, dont il sillonne les rues depuis des décennies, Patrick Balkany a l'œil partout. Un trottoir à réparer, des poubelles enlevées trop tard... il réagit. « Il a toujours su y faire. Il est souriant et attentif, reprend Roger Karoutchi. Quant à Isabelle, c'est un peu la mère juive comme dans les films ! » Le dimanche, le maire s'installe à la terrasse du bar l'Anjou, entouré de ses fidèles. Son épouse préfère s'enfermer dans son bureau ou rester à Giverny (Eure), où elle peaufine les publications municipales et répond aux mails de parents d'élèves. À n'importe quelle heure. PODCAST. Comment les Balkany sont devenus les Balkany « Dire qu'on habite Levallois provoque toujours un petit sourire moqueur et quelques vannes, explique Clémence, 39 ans, installée ici depuis dix ans. Il y a cette dualité entre la qualité de vie, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mlaure13
    13 mai11:01

    "Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire."...A. Einstein...

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer