Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Victoire procédurale pour Servier au procès Mediator

Reuters21/05/2012 à 20:10

Victoire procédurale pour Servier au procès Mediator

par Thierry Lévêque

NANTERRE, Hauts-de-Seine (Reuters) - Les laboratoires Servier et leur président-fondateur Jacques Servier ont obtenu lundi une victoire procédurale avec le renvoi de leur premier procès pour "tromperie aggravée" dans l'affaire visant le médicament Mediator.

Les prévenus ont au moins gagné du temps, et pourraient même in fine obtenir l'annulation totale d'une des deux procédures pénales relatives à ce médicament prescrit à des millions de personnes de 1976 à 2009 et qui aurait fait, selon des rapports officiels, de 500 à 2.000 morts.

Saisi d'une citation directe par 600 victimes présumées, le tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine) a retenu une demande soulevée par les prévenus, une "question prioritaire de constitutionnalité" (QPC) consistant à se plaindre d'une possible violation des droits de la défense.

On ne peut, dit la défense des prévenus, juger les suspects pour "tromperie" sur citation directe alors même qu'une instruction est en cours à Paris sur les mêmes faits, dans laquelle pourraient apparaître des éléments à décharge.

Cette QPC sera soumise à la Cour de cassation qui aura trois mois pour statuer. Elle décidera soit de la rejeter, auquel cas le procès de Nanterre pourra se tenir, soit de la transmettre au Conseil constitutionnel, qui aura alors un délai de trois mois pour statuer définitivement. S'il accepte les arguments de la défense, le procès de Nanterre ne se tiendra jamais.

Dans sa décision lue à l'audience, la présidente du tribunal de Nanterre a eu des mots très durs pour les avocats des plaignants, qui s'étaient vantés dans la presse de "faire partir avec les pinces" les prévenus dans un délai de quelques jours.

La magistrate, Isabelle Prévost-Desprez, a rappelé le droit de chacun à un "procès équitable" et ajouté : "il ne saurait être imposé à aucun juge un procès tronqué".

Hervé Témine, l'avocat de Jacques Servier, qui est âgé de 90 ans, a triomphé devant la presse.

"Le plus important, c'est que le tribunal a rappelé qu'aucune pression médiatique ne saurait dicter à aucun tribunal indépendant et impartial sa décision, son jugement", a-t-il dit.

L'INFORMATION DE PARIS, LA BONNE VOIE ?

Les avocats des plaignants de Nanterre, Me François Honnorat et Charles-Joseph Oudin, plaidaient l'urgence de tenir un procès pour des victimes malades ou en danger de mort. Ils estiment pouvoir démontrer sans problème la tromperie et faire l'économie d'une information judiciaire qui prendra de longues années.

Ils se faisaient donc fort d'obtenir de la prison pour Jacques Servier et quatre autres dirigeants et des interdictions d'activité contre la société Servier et sa filiale commerciale Biopharma.

D'autres plaignants, notamment l'assurance-maladie qui entend obtenir des centaines de millions d'euros de Servier au titre des sommes déboursées pour le Mediator, se montrent plus sceptiques et préfèrent officiellement la voie de l'information judiciaire de Paris, plus approfondie, où s'accumulent des dépositions et des expertises incontestables.

Dans cette information, Jacques Servier, ses sociétés et des dirigeants sont mis en examen depuis fin 2011, ainsi que ses sociétés, depuis septembre pour "tromperie et escroquerie" notamment. Les juges d'instruction ont d'ores et déjà imposé dans ce cadre 100 millions d'euros de cautions et de garanties à la société et ses dirigeants.

Le problème, déjà rencontré dans d'autres scandales de santé publique, est que les arcanes de la procédure permettent souvent à des prévenus d'enliser les enquêtes. Les affaires du sang contaminé par le virus du sida et de l'hormone de croissance ont ainsi capoté après deux décennies.

Servier et ses dirigeants sont soupçonnés d'avoir dissimulé les caractéristiques du Mediator, présenté comme antidiabétique mais prescrit comme coupe-faim, et d'avoir caché les risques identifiés dans les années 1990.

Le Mediator a été retiré du marché à l'étranger bien avant la France, de même que d'autres produits voisins, notent-ils.

La société Servier conteste ces accusations et remarque que le système de santé français dispose de très nombreux dispositifs de contrôle, qui n'auraient pas manqué, estime-t-elle, de relever tout risque s'il avait été si évident.

edité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.