1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Vers une motion de censure PCF-PS-LFI à l'Assemblée
Reuters04/12/2018 à 18:08

VERS UNE MOTION DE CENSURE PCF-PS-LFI À L'ASSEMBLÉE

PARIS (Reuters) - Les députés socialistes envisagent de s'associer aux groupes communistes et La France insoumise de l'Assemblée nationale pour déposer une motion de censure contre le gouvernement dont ils fustigent la gestion de la crise des "Gilets jaunes".

Les élus PS prendront leur décision après le débat parlementaire, suivi d'un vote, prévu mercredi au Palais-Bourbon dans le sillage des mesures annoncées par le Premier ministre pour tenter d'éteindre la crise qui secoue la France.

"Demain, au terme de ce débat, en concertation avec les autres partis de gauche, nous nous prononcerons sur la question de la motion de censure", a dit à Reuters le député socialiste Boris Vallaud.

Le dépôt d'une motion de censure requiert l'aval d'au moins 10% des députés, soit 58 élus.

Les groupes GDR (communistes) et La France insoumise, qui ont annoncé vendredi leur décision en ce sens, ont besoin d'un allié pour atteindre ce chiffre.

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, a déclaré sur LCP en avoir parlé avec Fabien Roussel, le nouveau secrétaire national du PCF.

Les deux hommes feront "une proposition commune pour un texte de censure du gouvernement" qui serait alors débattu "la semaine suivante", a-t-il précisé.

Interrogé par Reuters à ce sujet, le chef de file de La République en marche à l'Assemblée, Gilles Le Gendre, a déploré une procédure qui n'aurait, au vu les forces en présence, aucune chance de déboucher sur un renversement du gouvernement.

"Une motion de censure, elle pourrait se justifier si on avait verrouillé le débat. Or on a programmé quatre heures de débat demain", a-t-il dit. "Les problèmes des Français sont d'une tout autre nature."

(Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer